Comment Bocar Samba Dièye a failli perdre 629 sacs de riz

news-details
Association de malfaiteurs

Les accusés F. Sène, I. Ndoung, I. Sané, A. Sarr, S. Niasse, I. Diakhaté, I. Soung, D. Dia et M. Diouf ont comparu, ce mardi, à la barre de la chambre criminelle de Dakar. Ils sont poursuivis pour les crimes d’association de malfaiteurs, vol en réunion commis la nuit avec usage de véhicule et de port d’armes. Mais, ils n’ont pas été jugés. Le procès a été renvoyé jusqu’au 5 mars prochain pour la comparution de la partie civile, Bocar Samba Dièye. Quid des faits de l’espèce ?

Ils remontent au 4 novembre 2013. Ce jour-là, Abdou Sarr, veilleur de nuit informe les éléments du commissariat de Pikine que son frère, chauffeur de camion avait été engagé par des inconnus pour le transport d’un chargement de riz d’origine illicite. Sans perdre de temps, les limiers se rendent dare-dare à l’entrepôt, situé au rond-point de la cité Lobatt Fall à Pikine. F. Sène, M. Diouf, I. Sané, S. Niasse et A. Sarr, frère du dénonciateur sont interpellés. Les policiers saisissent le camion chargé de 629 sacs de riz. Interrogé, A. Sarr, conducteur du camion, déclare avoir été engagé par F. Sène pour charger du riz au magasin situé à la Sodida pour le transporter vers l’entrepôt situé à la cité Lobatt Fall.

Entendu, F. Sène confirme avoir engagé A. Sarr par l’entremise de S. Niasse à qui il confie que le riz provenait d’un cambriolage orchestré avec d’autres individus. Il ajoutait que le cambriolage a été planifié et dirigé par Laye Port. Lequel avait convaincu Ibrahima Diakhaté, le gardien du magasin de s’absenter la nuit des faits pour leur faciliter le cambriolage. Interrogé, le plaignant Bocar Samba Dièye explique avoir été informé par anonymat de la présence d’un camion dans son entrepôt situé à la Sodida dont les occupants avaient éteint les lumières. Mieux, il soutenait avoir été accompagné par ses deux fils ainsi qu’un élément de la police des HLM pour se rendre au magasin où ils ont trouvé un camion de riz abandonné par les malfaiteurs et les cadenas du magasin sectionnés.

Pour le maître des poursuites, les arrestations en cascade, la découverte des deux camions avec leur chargement dans les deux entrepôts, ajoutées à la saisie d’armes sur les lieux corroborent le concert pour soustraire les 629 sacs de riz.

Vous pouvez réagir à cet article