Contenu local : Le patronat sénégalais se prépare pour les marchés du pétrole

news-details
EXPLOITATION GAZIÈRE ET PÉTROLIÈRE

Le patronat sénégalais veut sa part de l’exploitation des ressources pétrolières et gazières. Même si la loi sur le contenu local a été votée, le secteur privé national veut que les décrets d’application, qui ne vont tarder à être prises, tiennent bien en compte l’intérêt des entreprises nationales. « Nous allons nous préparer, dans le cadre de la prise de ce décret d’application, à aller vers des investissements, mais aussi à aller vers des biens et services que nous devrons produire pour pouvoir participer pleinement à l’économie du pétrole », a fait savoir Mansour Kama, président de la Confédération nationale des employeurs du Sénégal (Cnes).

Le Sénégal qui dispose d’importantes réserves gazières et pétrolières a engagé une réflexion sur la gestion de ces ressources et a pris les premiers textes législatifs dont la Loi sur le contenu local qui a été voté juste avant l’élection présidentielle du 24 février 2019. Il s’agit maintenant pour le secteur privé de bien veiller à son application. « Nous allons entrer dans les détails de la loi pour vérifier que la prise en compte des intérêts des nationaux est bien établie, mais aussi pour voir quelles seront les opportunités qui seront à la portée des entreprises sénégalaises quelque soit leur niveau », révèle le président du Cnes.
La promotion du contenu local peut bel et bien être une réalité s’il y a une volonté politique dans ce sens. La chaîne de valeur de l’industrie du pétrole regorge d’énormes possibilités que les entreprises sénégalaises peuvent exploiter.

« Quand on parle de contenu locale, c’est toute la chaîne de production. Cela part de la prospection, développement, production, stockage, transport et distribution. Ce qui fait qu’il y aura des emplois en amont. La chaine des opérations peut générer des centaines et milliers d’emplois », renseigne le président de l’Association sénégalaise pour le développement de l’énergie en Afrique (Asdea), Serigne Momar Dièye.

À la Société africaine de raffinage (Sar), le contenu local est une réalité. L’assurance est de son directeur, Serigne Mboup, qui participait à l’atelier de haut niveau sur les enjeux du contenu local initié par le Cnes et l’Asdea. Selon lui, la Sar est plein dans la mise en œuvre du contenu local à travers les différents projets qu’elle est en train de développer. « Nous avons un niveau de collaboration extrêmement poussé avec le secteur privé national. La plupart de nos fournisseurs sont des entreprises locales. Nous travaillons depuis longtemps. Il nous arrive même, dans le cadre de nos nouveaux projets, d’aider ces entreprises nationales à se conformer au standard de la loi sur le contenu local pour être compétitives. Pour dire que la Sar est aujourd’hui l’exemple vivant de l’utilisation contenu local », a laissé entendre M. Mboup.

Vous pouvez réagir à cet article