image

DAKAR, ENJEU CAPITAL

image

Ces élections sont les premières depuis la présidentielle de 2019 qui a reconduit Macky Sall à la tête du pays et depuis les troubles qui ont secoué le pouvoir en mars 2021 et revigoré l’opposition. Un enjeu crucial pour la capitale, Dakar. Focus sur les 7 candidats en lice.

Soham Wardini, Bunt bi va-t-il lui ouvrir la porte du maintien ?

Elle se pose en « mère » de Dakar. Soham Wardini a goûté à ce fromage qu’elle n’a pas cherché mais qui s’est imposé à elle au nom de la représentativité de Taxaw Dakar, et surtout en l’absence de Khalifa Sall. Alors, après avoir sacrifié des « principes » pour faire libérer Khalifa de prison, elle ne pouvait, comme disait Souleymane Ndéné Ndiaye de Karim Wade, accepter d’être « derrière le gosse », Barthélémy Dias. Pour une des rares fois qu’un sortant n’est pas favori ! Mais justement c’est parce que Mme Wardini achevait un mandat. Et, en réalité, ce bilan est, à moitié, celui de son prédécesseur. Elle veut être la candidate des femmes. Pas sûr que cela soit déterminant. L’Union citoyenne lui a ouvert Bunt bi et l’a ainsi sauvée d’une humiliation après qu’elle a défié celui qui est choisi par Khalifa Sall. Succès ou échec, c’est déjà la fin du compagnonnage avec son ancien patron.

Diouf Sarr, en quête d’une santé capitale pour son avenir

Il a très tôt misé sur ses parents lébou pour la pêche aux voix. Ils peuvent mordre à l’hameçon, mais Diouf Sarr a vite compris que cette communication pourrait lui porter préjudice et limiter ses chances. Il « devient » alors le candidat du tout Dakar. Ce n’est pas pour rien que Macky Sall l’a préféré à Amadou Ba. Mais attention : ça peut paraître l’envoyer au charbon alors que la mairie est entre les mains de l’opposition. Et ça pourrait bien y rester. En attendant la confirmation le 23 janvier, sa gestion des premières vagues de covid-19 l’a mis au-devant de la scène et imposé comme l’homme du Président, après que celui-ci a balayé Amadou Ba, Aly Ngouille Ndiaye et autres. Avec ces Locales, le ministre cherche une santé politique qui sera capitale pour lui quand viendra la bataille de la succession et, peut-être même dans celle pour être premier ministre avec la restauration du poste.

Barth’ pour que Taxawu reste debout

Il s’est imposé dans leur mouvement Taxawu Sénégal en remportant les primaires face à Soham Wardini et dans Yewwi askan wi face aux ambitieux pastefiens qui se sont résolus à accepter la réalité. Candidat finalement naturel ! Lébou aussi, malgré l’ostracisme dont il fait l’objet. Il a surfé sur cette vague d’indignation suscitée par l’incartade de Gaston Mbengue, le promoteur qui a fait sa... promotion. Lui, s’est tu, comme on ne le lui a jamais connu. Il s’est fait violence sans doute parce que le silence n’est pas son fort, surtout quand il s’agit d’affront comme celui-là. Barth mûrit. Il se débarrasse de sa passion qui lui a valu beaucoup de déboires judiciaires et même une opinion qui suivait difficilement son impertinence et sa violence verbale. Il se construit une carapace. C’est le moment ou jamais de devenir grand. Sinon il restera encore petit s’il perd cette mairie. Et Khalifa Sall en souffrira.

Doudou Wade, pour Wallu un Pds en danger

Séance de rattrapage. Doudou Wade veut (enfin !) avoir une (véritable) base politique. Il a toujours été vu comme le neveu de Abdoulaye Wade qui a profité de la position de l’oncle. Il est clair que même s’il a été le président du Groupe parlementaire que Wade voulait, il n’a jamais été admis comme légitime. A la chute du régime libéral, il est resté parmi ceux qui ont défendu Wade-fils, freiné par la Crei. S’il a été conseiller à la ville de Dakar, il n’a pas tenté de contrôler la mairie. S’il défend aujourd’hui les couleurs du Pds et ses alliés de Wallu Sénégal, c’est parce que le Pds n’a pas mieux que lui. Et c’est peut-être aussi la raison pour laquelle Pape Diop ne pouvait digérer que son ex-frère de parti soit son candidat. Doudou Wade, c’est le symbole de ce qui reste du Pds. Si le parti de Wade ne fait pas bonne figure le 23 janvier, c’est fini. Et si tout se passe bien, cela pourrait recoller des morceaux cassés.

Pape Diop, l’espoir que Dakar ait le même gis gis que lui

S’il a été maire de Dakar, c’est aussi grâce à Wade qui l’avait investi en 2002. S’il a été le grand maire et maître de Dakar, c’est aussi du fait de son Président qui l’a nommé président de l’Assemblée, puis du Sénat. Il veut revenir après avoir été éjecté par Khalifa Sall en 2009. Mais cette défaite il l’a toujours mis sur le dos de Karim Wade, investi sur la liste de Sopi2009 et que les Sénégalais voyaient déjà en maire imposé par son père. Pape Diop veut revenir à la ville de Dakar au moment où les rapports de force ont changé. Mais il est toujours bon de se peser. Dimanche, ce sera une autre manche. C’est une retraite qui se joue là. A moins que les Dakarois Bokk gis gis (partagent sa vision) avec lui.

Mame Mbaye Niang, effacer Prodac pour être pro-Dak(ar)

L’inattendu. Au début, c’était des rumeurs. Presque l’impensable. L’impossible. Parce que justement personne ne pouvait voir un Mame Mbaye Niang, si courageux, soit-il, « défier » Macky Sall, ou son candidat pour la ville de Dakar, Diouf Sarr en l’occurrence. Mais petit à petit l’on découvre que ce toupet n’est pas ce que le candidat de 2035 veut vendre. Il est parrainé par le Président de Benno bokk yaakaar lui-même. C’est tellement bizarre que certains de ses camarades de parti, loin des intrigues du palais où l’on cuisine les stratégies hautement politiques, avaient décoché des flèches contre le chef de cabinet du chef de l’Etat. Mais certainement il s’agit là de la subtilité politique de Macky Sall qui a besoin d’une pluralité d’adversaires de Bby, comme c’est le cas aujourd’hui, pour multiplier ses chances de contrôler la capitale. Le raw gaddu aidant. Quoi qu’il en soit, une bonne place de Mame Mbaye Niang à l’issue de la bataille de Dakar pourrait lui inspirer d’autres ambitions.

Mohamed Massamba, envie que Dakar « Sèye » yes !

C’est la surprise de dernière minute. Le candidat de la Coalition Jammi Sénégal a été repêché suite à ses recours contre le rejet de son dossier de candidature par le préfet de Dakar. Mohamed Massamba Sèye est l’inconnu de ces bataillons de politiques qui visent la Ville de Dakar. Certains se sont appuyés sur son « anonymat » pour y voir une candidature fantaisiste. Pourtant le jeune de « moins de 35 ans », qui se considère comme le « candidat de la Jeunesse » pour la Ville de Dakar, a récemment fait l’actualité. Le leader du Parti pour l’émergence et le développement (Ped/Natangué), représentant du Pôle des Non-alignés au Comité de suivi du Force covid-19, avait fait les choux gras de la presse. En effet, c’est lui qui avait fait une sortie fracassante en dénonçant le « refus » du ministre Mansour Faye de mettre à la disposition de la structure dirigée par le Général François Ndiaye les justificatifs de l’enveloppe des 69 milliards de FCfa destinée à l’achat des denrées alimentaires. Mohamed Massamba Sèye se frotte donc au 6 majeurs, là où d’autres comme Bougane Guèye Dany n’ont pu y arriver. Sa participation restera symbolique. Historique.

Hamath KANE

22 janvier 2022


------------------------------------

Vous pouvez réagir à cet article