image

DANS LA TÊTE DE CISSÉ !

image

Imaginons la joie de Cissé quand il remportera le trophée…

La qualification avec la manière en demi-finale de la coupe d’Afrique des Nations donne des idées, mais aussi de l’espoir en vue des objectifs dont l’équipe du Sénégal s’est assignée dans ce tournoi. Les Lions se rebiffent. Le moteur turbo est en marche et c’est l’allure en trombe. Dans la tête du coach Aliou Cissé, les idées défilent et beaucoup de questions lui taraudent les neurones. Même s’il refuse d’avouer qu’il pense à l’après Can, Cissé n’y manquerait pas très normalement. Dans sa tête, il se pose un certain nombre de questions. D’innombrables questions, mais aussi autant de réponses. Est-ce qu’on va atteindre les objectifs ? Si je ne gagne pas la coupe ? Qu’est-ce que je vais devenir l’après Can ? Comment appréhender le futur de mon métier ? Si je gagne ce trophée pour la première fois de notre histoire ? Si, si et si… Depuis quelques temps, gratte la nuque et cogite.

En cas de victoire ? En cas d’échec ? Est-ce possible ? Oui, peut-être, bien possible… De toute façon je m’en fous. Je ne vais pas me focaliser sur ça. J’ai un bon groupe et on s’est déjà mis dans la peau d’un favori. Le Burkina est un dur à cuir, mais on est meilleur qu’eux sur le papier, même techniquement. Sur le plan individualité, Il n’y a pas photo. Mes garçons sont conscients de ça et depuis les huitièmes ils montent en puissance. Franchement, j’ai les moyens de passer. Et la finale ? Il faut qu’on y arrive d’abord.

Le Cameroun ou l’Egypte ? Peu importe l’adversaire. Le mot d’ordre c’est GAGNER. L’Egypte, on l’aura déjà en mars pour les barrages du mondial. Vaut mieux les éviter avant cette date. Non ! Ouf ! Ce n’est pas grave, c’est le football. On a des arguments pour les battre en finale au cas où. Et le Cameroun le pays hôte ? Jouer les Lions indomptables pays organisateur, devant leur public, en plus ils ont un atout psychologique devant nous. Qu’importe ! Cette équipe camerounaise a des failles. Elle est prenable. En plus ils nous évitent. On est techniquement et individuellement meilleurs qu’eux.

Le Cameroun nous a toujours posé problème certes. La dernière fois que le Sénégal a battu le Cameroun en phase finale de Can remonte je crois en 1990 (2-0) à Annaba. Un joli coup franc de Mousa Ndao, un but de Mamadou Marieme Diallo. Je me rappelle très bien, j’avais quatorze ans. Certes, on n’a plus Diallo, Ndao, Bocandé, Sané, Abdoulaye Sagne, Lamine, Ndiaye, Teuw, Cheikh Seck, Adama Cissé, Malick Fall. Mais aussi, on en aura pas devant nous Nkono, Kana Biyick, Tataw, Kunde, Pagal, Makanaky ou Oman Biyick.

Quoi qu’il en soit le Cameroun reste toujours Cameroun : équipe soudée, conquérante, solidaire et combative. Beuufff ! Nous sommes des Lions, on n’a pas peur. On a Edou, Kalidou, Gana, Mané, Diallo, Bouna, Famara, Cheikhou le polygame qui a le coffre d’un célibat. L’essentiel, c’est d’aller en finale d’abord. A partir de là, tout est possible. Ai-je raison de faire une fixation sur ce trophée ? Oui il le faut. Ce trophée-là, il nous le faut. Dem ba Diekh rek. Manko outi Ndamli. Indi coupe bi ! Je remarque que les sénégalais commencent à recoller à l’équipe. Je pense que la réconciliation est faite. Le peuple croit en nous. On n’a pas le droit de décevoir. Tout le monde y croit et en plus, les garçons le veulent, ils en rêvent et ils ont une envie réelle d’aller jusqu’au bout. Cette année, c’est l’occasion ou jamais. Une demi-finale de Can, une finale, on ne la joue pas tout le temps. Une finale ne se joue pas, elle se gagne. Ça n’arrive pas tous les jours. Dès qu’on a l’opportunité de la jouer, il faut la gagner. En plus, si on ne la gagne pas cette fois-ci, les Sénégalais ne nous le pardonneront pas. Les leçons de Caire 2019 sont bien retenues. Les gars, je crois qu’on est conscients de ça. Imaginez la ferveur, la joie et l’enthousiasme dans lesquels sont plongés les Sénégalais lors des matchs… Non on ne va pas casser ce rythme. On ne gâche pas la fête. C’est décidé depuis le début. Cette coupe on la veut et il faut qu’on la gagne. Et pour réussir cette prouesse, ça va passer par une victoire nette contre le Burkina Faso ce mercredi. Bon arrêtons de cogiter. On fonce tout droit vers le sommet. Dem ba diekh !

Par Abdoulatif DIOP

1er février 2022


------------------------------------

Vous pouvez réagir à cet article