DANS LES COULISSES DES BERNDÉ

news-details
INAUGURATION MASSALIKOUL JINAAN

Comme pour le grand Magal de Touba, les fidèles mourides ne lésinent pas sur les moyens pour rehausser la cérémonie d’inauguration de la grande mosquée de Massalikul Jinaan, prévue ce vendredi 26 septembre 2019. Des berndé (festin) sont prévus pour les fidèles mourides qui passent la journée à la mosquée.

Des centaines de bœufs et de chameaux sont déjà transportés sur les lieux pour les besoins des réjouissances. Etudiant en transport logistique, Cheikh Darou Seck assure la gestion de l’enclos où se trouve le bétail. L’homme aux dreadlocks, muni d’un cahier et stylo, enregistre le nombre de têtes de bêtes qu’il reçoit quotidiennement et assure leur distribution dans les différentes cuisines créées pour la cérémonie. « C’est Dieuwrigne Mbackiou Faye qui nous a confié cette tâche. Nous sommes une dizaine qui assurons la réception et la distribution du cheptel qui est acheminé ici. Nous recevons chaque jour des bœufs et des chameaux. Pour le moment, il y a dans le troupeau 313 bœufs et 45 chameaux. Il y a deux camions qui doivent arriver très prochainement.

Depuis lundi dernier, nous égorgeons 8 bœufs et 5 chameaux pour la restauration des fidèles », a révélé Cheikh Darou Seck. Leur travail est certes difficile mais Cheikh Seck et ses camarades se donnent à fond dans la mission qui leur confiée. « Nous passons la nuit à la belle étoile. Vous voyez, les conditions de salubrité ne sont pas réunies ici mais, nous en faisons fi. Notre objectif’est de réussir la mission qui nous est confiée. Nous sommes des fervents mourides qui exécutent sans, broncher, toutes les recommandations. Nous travaillons pour avoir la bénédiction de Dieu », rassure-t-il.


Les femmes au four

Dans une ambiance très détendue, des femmes assises par groupe s’attèlent à la préparation des repas. Entre autres lieux, elles ont assiégé l’école primaire Issa Kane de Niary Tally à proximité de la maison de Mbackiyou Faye depuis dimanche 22 septembre 2019.

En silence, chacune s’active à une tache selon le groupe auquel elle appartient. Chaque association a une mission bien précise. Les unes, s’affairent à l’épluchage des légumes, les autres, aux marmites. Les plus âgées donnent des consignes pour la préparation des repas. Ngone Mboup, responsable de la restauration supervise le travail. À l’en croire, tous les jours, son équipe doit cuisiner 20 ’’Mbana’’, (marmite de grande taille utilisé lors des cérémonies). « Ce qui nous faisons est un symbole de la générosité mouride. Notre philosophie est qu’il faut que les repas puissent rester. Et cela suppose que tout le monde est rassasié », martèle-elle avec fierté.

Elles sont nombreuses à assiéger les lieux et viennent de partout. Sokhna Ndiaye est assise sur une chaise en plastique et supervise une marmite. Elle vient d’Italie. Selon elle, c’est un souhait d’assister à cette cérémonie inaugurale de l’une des plus grands édifices construits par la communauté Mouride. Elle se félicite de l’organisation et se dit fière de faire partie de ces gens qui ont travaillé à l’accueil. « C’est grâce à Dieu que je suis là. Je ne peux que me réjouir. Et pour cela, je dois participer activement à l’événement », avance-t-elle.

Plusieurs marmites sont posées. Des dames bravent la chaleur suffocante du feu. Une manière pour elle pour montrer leur dévouement à Cheikhoul Khadim.

Vous pouvez réagir à cet article