DAOUDA TALL : « DANS L’IMMÉDIAT, PAS DE CHOC SUR LE PÉTROLE OU LE GAZ »

news-details
MORT DE GHASSEM SOLEIMANI

Le plus puissant commandant militaire de l’Iran, le général Qasem Soleimani, a été tué par une frappe aérienne américaine en Irak commandité par Donald Trump. Une ’’mauvaise nouvelle pour la paix et la stabilité dans cette région’’, selon l’éditorialiste sénégalais Daouda Tall.

D’après lui, général Soleimani était un homme très influent dans cette zone. C’est pourquoi, a estimé M. Tall, son assassinat par les agents américains pourrait bien être source d’instabilité. « Il faut espérer qu’il n’y ait pas d’escalade de manière plus importante que ce l’on a connu jusque-là, à la fois au niveau du Hezbollah libanais, au niveau de Gaza comme au aussi en Irak, parce que ce général était quelqu’un qui était au centre même de tous les conflits qui existent dans cette zone et il représentait, en tant que stratège, les intérêts de l’Iran », a souligné M. Tall, contacté par Emedia.

Cette situation pourrait-elle affecter le coût du pétrole ? L’Editorialiste répond par l’affirmatif. La raison est qu’elle concerne les deux géants de l’hydrocarbure à savoir l’Iran et les Etats-Unis. « Je ne crois pas dans l’immédiat qu’il y ait véritablement un choc sur le pétrole ou le gaz. Maintenant, si la situation ne se calme pas et qu’un conflit arrive et affecte les plateformes de productions pétrolières gazières, ou que les relations diplomatiques se rompent chez les acteurs qui sont au niveau de la région : là il faudrait s’attendre à une incidence majeure sur le coup du baril et sur les hydrocarbures de manière générale ».
Quant à une éventuelle vengeance de l’Iran, Amadou Tall le met dans le compte du possible puisqu’elle a été déjà annoncée. « Mais, elle pourrait entrainer une escalade de la violence », a-t-il souligné.

Vous pouvez réagir à cet article