image

DARBOE VA DÉPOSER UN RECOURS DEVANT LA COUR SUPRÊME

image

Les rumeurs couraient depuis le lendemain de la proclamation des résultats finaux ayant donné le président sortant largement vainqueur du scrutin du 4 décembre dernier. Arrivé deuxième avec quasiment la moitié des voix qu’a obtenues le vainqueur, Ousainu Darboe, le principal challenger de l’opposition entend contester les résultats de l’élection devant la Cour suprême. L’information a été confirmée par une source crédible au sein du Parti démocratique unifié (UDP), malgré les démentis officiels. Les détails de la plainte n’ont pas été révélés, cependant certains membres dudit parti ont confié à Emedia ce qu’ils qualifient de "trucage" noté dans certaines localités et pointent du doigt des "dysfonctionnements" çà et là.

Après une semaine de tergiversations et de travail en coulisses par les avocats de la formation politique, le Parti démocratique unifié entend bien déposer ce mardi un recours devant la Cour suprême de Gambie pour contester les résultats de la présidentielle du 4 décembre dernier. Malgré les démentis et les atermoiements, le porte-parole du parti, Almamy Fanding Taal l’a confirmé.
Pour l’instant, le parti refuse de s’épancher sur les détails du recours devant l’instance la plus haute de la justice du pays mais globalement l’on sait que les membres du parti contestent les chiffres dans des localités réputées acquises au parti et ils pointent du doigt ce qu’ils qualifient de dysfonctionnements dans certains bureaux de vote. Le code électoral gambien prévoit un délai de dix jours après publication des résultats pour déposer un recours devant la Cour suprême.

Echauffourées

Les velléités de contestation ne sont pas nouvelles pour le parti dirigé par Ousainu Darboe qui se représentait pour la cinquièmes fois. Dès le lendemain de la tenue du scrutin alors que les résultats globaux n’étaient pas encore connus, l’ancien vice-président de la Gambie, flanqué de deux autres candidats avaient émis des réserves sur la sincérité de l’élection. Une sortie perçue comme un coup de poker. Les autres opposants s’étant rétractés pour reconnaitre les résultats officiels qui ont donné le sortant largement vainqueur avec 53,2 % des voix. Mardi dernier, il y a eu des échauffourées entre les partisans de l’UDP et les forces de l’ordre qui entendaient contester les résultats dans la rue.

Sous supervision d’observateurs venus du monde entier, pourtant la présidentielle gambienne a été certifiée "sincère" et "transparente" par toutes les organisations internationales.

Amadou BARRY, correspondant à Banjul

14 décembre 2021


------------------------------------

Vous pouvez réagir à cet article