image

DE JEUNES POÈTES SÉNÉGALAIS À L’HONNEUR

image

La jeunesse est l’espoir de demain. Voilà pourquoi le Groupe Afrique Émergence Communication (GAEC) a décidé de créer le prix Amadou Lamine Sall du jeune poète du Sénégal. La première édition de ce prix s’est tenue ce jeudi 20 octobre 2022 à la salle Soweto de l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar.

Dès l’ouverture de la cérémonie, le président du GAEC Mohamed NDA explique d’emblée qu’il appartient aux Africains de “mettre en valeur cette ressource, cette personnalité, cette potentialité dont le continent regorge”, et que ce prix s’inscrit dans cette perspective. Le nom du prix est un hommage à un homme qui “n’est pas seulement un écrivain, mais c’est surtout un grand poète”, précise M. NDA. Ce dernier serait absent pour raison médicale.

Il s’en est suivi une très élogieuse présentation de la biographie du parrain. M. SALL, qui préside la biennale internationale de poésie de Dakar depuis 1998 est, entre autres, chevalier de l’ordre nationale du lion du Sénégal et fondateur de la Maison africaine de la poésie internationale et de l’Edition FEU DE BROUSSE.

Après ces quelques éléments de présentation, le directeur exécutif du prix Demba SY a expliqué les critères du concours pour la sélection des trois lauréats pour les prix. Parmi ces critères, on retrouve le contenu, le thème abordé, le niveau de langue et l’intérêt de l’œuvre, “il faut être utile” précise-t-il. Dans la foulée, M. SY annonce que le prix “sera panafricain l’année prochaine”, le prix concernera toute la jeunesse africaine.

L’apogée de la cérémonie a été atteint lorsque les noms des trois lauréats, fêtés par leurs familles ont été annoncés par M. SY, Georgette MANGA pour le troisième prix ; Mar SOW pour le deuxième prix et Véronique SADIO pour le premier prix. Ils bénéficient d’un diplôme d’honneur, d’un coffret de livres du parrain et respectivement de 100 000 F, 200 000 F et de 300 000 F CFA. Le directeur du prix a promis “la création d’un programme de suivi (…) de ne pas s’arrêter à la distribution de prix”.

Le représentant du ministre de la Culture et de la direction du livre et de la lecture a félicité “les jeunes poètes et lauréats” et réitère le soutien du ministère à la valorisation de “la création et le créateur”.

Georgette MANGA, 3e lauréat ne cache pas sa joie : “je suis content, c’est la première fois que je participe à ce genre de concours. Ma famille ne m’a jamais abandonnée”, lance-t-elle. Pour le 2ème lauréat, Mar SOW qui n’a pas moins remercié son père qui le pousse à lire, “l’important ce n’est pas de gagner, c’est de sortir ses sentiments ”. Véronique SADIO, 1ère lauréate n’est pas reste, elle qui dit avoir « commencé à écrire en classe de CM2 ». À l’en croire, « ce prix est une grande chance pour une fille de 17 ans ».

Harouna DIENG (Stagiaire)

21 octobre 2022


------------------------------------

Vous pouvez réagir à cet article