image

DE QUOI L’AFFAIRE SIDY SARR EST-ELLE LE NOM ?

image

Nos célébrités sportives sont-elles exposées ? L’équipe Sports d’emedia pose le débat, à la lumière de l’affaire Sidy Sarr. L’international sénégalais, interpellé lundi et placé en garde à vue, a été libéré ce mercredi. Le milieu de terrain Nîmes, 25 ans, qui a été présenté à un juge, a tout de même été mis en examen et placé sous contrôle judiciaire.

Selon le professeur en droit du Sport, d’Abdoulaye Sakho, "les sportifs sont victimes de leur célébrité." "Ces personnes sont vraiment exposées, analyse-t-il. On a l’habitude de croire que derrière ces personnes, il y a de l’argent. Donc, beaucoup de personnes mal intentionnées peuvent graviter pour voir comment grappiller un peu. En réalité, pour les footballeurs, ce que je constate, c’est également un tout petit peu leur âge. Ils se retrouvent dans des situations où ils disposent de moyens financiers. Dans cette situation-là, ils sont totalement exposés, étant jeunes. Vous ne pouvez pas demander à un jeune de 22, 23 ans, de vivre comme un vieux. C’est quasiment impossible. Ce genre de choses font qu’ils vont dans des lieux que l’on appelle des ’’lieux de déperdition’’. Pour vivre leur jeunesse. De ce point de vue-là, je crois qu’on ne peut pas leur reprocher de faire cela. Là où le bât blesse, c’est qu’il y a des gens mal intentionnés qui peuvent venir les mettre dans des situations un peu carabinées, s’ils ne sont pas bien armés, au départ."

Poursuivant, Il indexe également l’éducation et la formation de ces personnes souvent citées dans des affaires de viol. Car, appuie-t-il : "ce qui met en avant la question non seulement de l’éducation mais également de la formation."

Le sociologue Djiby Diakhaté, également interpellé, partage le point de vue du Pr Sakho, selon lequel ils sont parfois exposés. Sauf que, ajoute-t-il, la différence culturelle joue aussi. "La première chose, c’est que le sportif est un élément de la communauté et un membre de la communauté. De ce point de vue-là, les problèmes que l’on rencontre dans la société peuvent se retrouver chez (lui). Il n’est pas quelqu’un que l’on peut installer en dehors de la société, avec des spécificités qui lui serait propre. Or, on se rend compte que dans la société globale, le phénomène de viol, d’agression, de violence, sont des réalités qui se développent de plus en plus. La deuxième chose, c’est que ces sportifs qui se trouvent dans les pays occidentaux ou bien dans d’autres pays, le plus souvent, sont soumis à des règles qui ne sont pas les mêmes applicables chez nous. Autrement dit, dès fois, le viol renvoie simplement à un acte (de langage), la façon d’apostropher quelqu’un, de toucher quelqu’un, peuvent être considérés comme des cas de viol dans d’autres pays. Et donc, quand vous êtes habitués à un type de comportements dans notre pays consistant à parler à la femme d’une certaine manière et que vous appliquez la même chose de l’autre côté, vous risquez d’être considéré comme un violeur".

Dié BA

22 octobre 2021