DÉBOUTÉ PAR LA CEDEAO, KARIM WADE SE RABAT SUR LES NATIONS UNIES

news-details
JUSTICE

Karim Wade n’est pas encore prêt à abandonner le combat. Après son dernier revers face à l’Etat du Sénégal, il ne compte pas jeter l’éponge. En effet, aussitôt après que la Cour de justice de la Cedeao a, ce jeudi, rejeté les demandes qu’il avait formulées, Karim Wade a saisi le Comité des droits de l’homme des Nations Unies pour faire rétablir son droit fondamental de participer librement à la direction des affaires publiques de son pays. « Le Collectif des avocats de Karim WADE informe l’opinion publique nationale et internationale que la Cour de justice de la CEDEAO s’est abstenue, ce 4 mars 2019, de constater et de sanctionner les graves violations des droits du candidat Karim WADE d’être électeur et éligible à l’élection présidentielle du Sénégal du 24 février.

Bien qu’ayant été saisie dès le mois de novembre 2018 par une procédure d’urgence, la Cour n’a pas statué avant le premier tour de l’élection, ce qui prive de tout objet l’arrêt qu’elle vient de rendre », lit-on dans un communiqué de presse signé par le pool d’avocats de Karim Wade. Selon les conseils du fils de l’ancien président de la République, « cet arrêt est, d’ailleurs, en contradiction flagrante avec les décisions de justice internationale qui ont déjà condamné les atteintes portées aux droits fondamentaux de Karim WADE par l’État du Sénégal ». Les avocats rappellent que le Comité des droits de l’homme des Nations Unies vient de juger que la condamnation prononcée par la CREI contre Karim WADE avait violé le Pacte international relatif aux droits civils et politiques, qui s’impose au Sénégal.

Vous pouvez réagir à cet article