DÉCÈS D’ATT : DRAMANE HAÏDARA, DG DE L’OIT SENEGAL, PLEURE "UN FRERE ET AMI"

news-details
JURY DU DIMANCHE

Dramane Haïdara, directeur pays de l’Organisation internationale du travail (OIT) Sénégal, rend hommage à Amadou Toumani Touré dit ATT, ex-président du Mali, de 2002 à 2012, décédé, à l’âge de 72 ans, en Turquie, le 10 novembre dernier. Rappeler que l’invité du Jury du dimanche (JDD), émission de Mamoudou Ibra Kane, sur iRadio et Itv, ce 15 novembre, a commencé sa carrière en travaillant pour le gouvernement de son pays, le Mali, avec de hautes fonctions de direction dans les domaines économiques, de l’emploi et de la formation professionnelle.


L’avion transportant la dépouille d’ATT a atterri hier samedi, à Bamako

C’est ainsi que réagissant sur le décès de l’ex-président malien, il a commencé par "s’incliner devant la mémoire de l’illustre disparu", soulignant que "le président Amadou Toumani Touré est considéré par l’ensemble de ses concitoyens comme étant le soldat de la démocratie mais aussi du développement. Un militaire et homme d’État engagé qui avait l’amour de son pays, et qui était un véritable bâtisseur. Le Mali et l’Afrique perdent en lui un grand homme d’Eétat. Je voudrais présenter mes condoléances à l’ensemble du peuple malien mais aussi à la famille éplorée. J’ai connu (ATT) depuis très longtemps."

Avant de parler de leur parcours : "nous avons réalisé un certain nombre de choses ensemble. Je le considérais comme un grand-frère. Aujourd’hui, je pleure la mort d’un frère et d’un ami mais c’est tout le peuple malien aussi qui pleure la perte de cet homme d’État. Les circonstances n’ont pas fait de sorte que je puisse honorer cette confiance qu’il avait placée en ma personne, c’était en 2002, lors de la formation de son premier gouvernement mais cela n’a pas empêché que nous continuions à cheminer ensemble. Il m’avait nommé ministre de l’Emploi parce qu’il avait dit que l’emploi des jeunes était la priorité de son mandat présidentiel. Il avait estimé, compte tenu de mon parcours, que je pouvais l’appuyer sur ce chantier. Même si je n’ai pas pu occuper cette fonction ministérielle, nous avons quand même travaillé ensemble. J’ai été un acteur majeur dans la mise en place de l’agence de l’emploi des jeunes, qui lui tenait beaucoup à cœur. Nous avons travaillé ensemble dans la formulation d’un certain nombre de stratégies sur les questions de l’emploi."

Visite du président de transition, BA Ndaw, à Dakar

Par ailleurs, interpellé sur la première visite officielle du président de transition, BA Ndaw, à Dakar, il a tenu, d’abord, à "saluer l’engagement du président de la République du Sénégal, (Macky Sall), pour toutes les œuvres que le Mali vient de traverser, rappelant qu’"à travers cette période de transition, nous savons qu’il porte une attention particulière à tout ce qui se passe aujourd’hui au Mali, qui est un pays proche et ami du Sénégal." "Je pense que la visite du président de la Transition s’inscrit dans ce cadre-là, pour remercier (Macky Sall) et continuer à bénéficier de son soutien. Parce que, le monde entier est en train d’observer le Mali, et je pense que les responsables qui sont aujourd’hui à la tête de ce pays pour cette transition n’ont pas droit à l’échec", a-t-il soutenu.

En réponse à une question d’un internaute malien sur son éventuel retour au Mali, après avoir refusé d’être ministre", Haïdara s’est voulu très clair : "je reste pour le moment fonctionnaire de l’OIT". Car a-t-il expliqué : "on peut apporter sa pierre à l’œuvre de l’édification nationale sans forcément occuper une position politique. Depuis 1990 jusqu’à aujourd’hui, toutes les fonctions que j’ai occupées au niveau de l’OIT, les pays que j’ai couvert, le Mali en fait partie. Pour ce qui concerne les politiques d’emploi, de formation professionnelle, j’ai beaucoup contribué".

Vous pouvez réagir à cet article