DÉCÈS DE LEUR BÉBÉ DE 10 MOIS : LE COUPLE DIA ALERTE SUR LE SYSTÈME DE CONTRÔLE DES CRÈCHES

news-details
SOCIETE

Un couple, qui a perdu son bébé de dix mois, est décidé à tirer au clair les circonstances de son décès. "Que justice soit faite pour notre enfant décédé à la Cigogne Bleue ce lundi 30 novembre 2020", lit-on dans leur message posté sur le site de Libération.


TÉMOIGNAGE

"C’est avec le coeur meurtri que nous écrivons (mon épouse inconsolable et moi) ce texte pour alerter les autorités d’une part et les parents d’autre part sur un fait qui nous concerne tous", a écrit Magor Dia. Qui ajoute : "Ce lundi 30 novembre 2020 vers 13h30, la directrice de la crèche la Cigogne Bleue nous a appelés pour nous informer de la rejoindre au Samu Municipal. Lorsque nous sommes arrivés 10 minutes après sur les lieux, le médecin nous annonce tout simplement le décès de notre petit garçon de 10 mois. Un décès qui serait survenu avant son arrivée à l’hôpital. Il est impératif de noter que notre fils n’avait aucun antécédent médical, il était plein de vie, joyeux et très dynamique. En l’amenant à la garderie cette fameuse mâtinée, rien ne nous indiquait qu’il allait vers sa mort. Nous étions tout simplement et contre toute attente mis devant le fait accompli."

"Qu’est-ce qui s’est réellement passé ? Pourquoi avons-nous été mis au courant en dernier et à la dernière minute hélas ?, s’interrogent encore les parents, arguant que la mort de leur bébé suscite "beaucoup d’interrogations sous plusieurs formes."


ÇA COMMENCE À TUER DANS LES CRÈCHES ET GARDERIES

Fort de ce fait, le couple se dit déterminé à aller jusqu’au bout de l’affaire : "certaines personnes nous servent le « ndogalou Yalla ». Nous leurs disons que nous croyons en Dieu. Nous leurs disons aussi que Yalla nous a donné la force et la détermination pour aller jusqu’au bout de cette affaire afin de savoir ce qui s’est réellement passé. Non seulement pour faire notre deuil mais également dans le but de protéger les autres enfants qui fréquentent ces établissements."
Dans son argumentaire, Dia de marteler : "prendre en charge un enfant n’est pas une question de business (...). Chers parents, soyez vigilants, ça commence à tuer dans les crèches et garderies. Chers parents, soyez attentifs aux détails de la crèche où vous emmenez votre enfant. Chers parents luttons pour avoir des spécialistes en premiers soins dans les crèches. Chers parents luttons pour un personnel de crèche formé. Chers parents, alertons les autorités sur l’urgence d’avoir un système de contrôle des crèches. Chers parents soyons exigeants, soyons debout, luttons pour mettre de l’ordre dans les crèches."

Ainsi, lance le papa éploré : "ce texte lance le début d’un combat contre la légèreté notée dans certaines crèches. Aimer un enfant ne veut pas dire qu’on a l’expertise nécessaire pour s’en occuper. Que les responsabilités soient situées dans cette affaire et que justice soit faite".

Vous pouvez réagir à cet article