DÉCLARATION INCENDIAIRE : LA SOCIÉTÉ CIVILE ARME MACKY CONTRE WADE

news-details
PRÉSIDENTIELLE 2019

« Il appartient au chef de l’Etat, (Macky Sall) de prendre ses responsabilités pour arrêter ces dérives ». Telle est la réaction d’Amacodou Diouf, président du Bureau des Assises nationales de la société civile du Sénégal. Il défend : « Là aussi, cela n’a aucun caractère politique (mais) c’est une question de sécurité nationale. »

Outre le chef de l’Etat, Amacodou Diouf interpelle également les chefs religieux. « Par rapport à cette situation délétère de campagne électorale », il invite ces derniers en tant que « régulateurs sociaux » qui « ont une importance dans la régulation de la vie sociale de ce pays » et « voix autorisées à pouvoir arrêter ces invectives ». Mais aussi, insiste-t-il, « à pouvoir appeler les candidats mais aussi les militants et les responsables politiques, qui aujourd’hui créent des situations difficiles pour qu’ils puissent arrêter. Leur dire, arrêtez, ça suffit. »

S’adressant à l’ancien président de la République, Me Abdoulaye Wade, qui a dévoilé son intention de « s’attaquer au bureaux de vote » le jour du scrutin présidentiel pour qu’il n’y ait pas d’élection le 24 février 2019, Amacodou Diouf de lancer : « Il faut qu’on arrête cela parce que le Sénégal n’a pas besoin d’aller vers la violence. On a rompu avec cette violence électorale et politique. »
Il s’est prononcé en marge de l’atelier de restitution des assises de la société civile du Sénégal qui se tient les 14, 15 et 16 février, à l’hôtel King Fahd Palace.

Vous pouvez réagir à cet article