image

DÉCRYPTAGE DE LA SITUATION NATIONALE EN SIX POINTS

image

Le Club Sénégal Emergent (CSE) a remis ça. « Fidèle à son engagement pour participer à la réussite du Plan Sénégal Emergent, dans une posture critique, positive et responsable », comme l’a souligné une déclaration parvenue à Emedia, le CSE a, en six points saillants, fait un tour d’horizon de l’actualité nationale, avant de présenter ses vœux les meilleurs à tout le Peuple sénégalais.

Le ter, une pédagogie de l’émergence pour le progrès
Après s’être réjouis du démarrage effectif du TER qu’ils considèrent comme un projet-phare du Président de la République Macky Sall, les membres du CSE estiment que « ce projet porté par une vision qui met le Sénégal sur la rampe d’une nation émergente, ouvre un immense boulevard dans le processus de résolution de la mobilité urbaine et interurbaine ». Selon eux, le couplage de ce projet avec le BRT atteste d’une vision prospective qui entre dans le cadre de « la mise en place d’infrastructures de transports structurantes, de qualité et adaptées à nos besoins fondamentaux ».

La réalisation du TER est, toujours selon le CSE, « le résultat d’une vision claire adossée au courage et à la détermination du Président de la République, mais également à l’engagement patriotique de Sénégalaises et de Sénégalais qui ont contribué, en particulier des jeunes qui ont révélé leur potentiel et leur talent. Par leur expertise et par leurs efforts, ils ont transformé un rêve en réalité. Le TER qui devra rallier bientôt l’AIDB puis Thiès et Mbour, est l’image même du chemin d’une émergence partagée et s’inscrit dans la série des seules batailles pour le progrès ».

Un géant diplomatique confirmé et une économie en relance
Le Club Sénégal Emergent constate, pour s’en féliciter, les bonnes performances diplomatiques et économiques de notre pays, en dépit des conséquences drastiques que la pandémie de la Covid-19 a engendrées à l’échelle mondiale. La désignation du Président de la République, Macky Sall, comme président en exercice de l’Union africaine, la deuxième fois pour le Sénégal, depuis la naissance de l’OUA, est, à en croire le Club, une preuve tangible de la confiance accordée au Sénégal. S’y ajoutent l’organisation du Sommet Chine-Afrique, du Forum Paix et Sécurité en Afrique et la première visite officielle en Afrique subsaharienne du secrétaire d’Etat américain Antony Blinken.

Comme une cerise sur le gâteau, la bonne signature du Sénégal qui confirme les performances économiques enregistrées. Evaluant les perspectives économiques régionales post-Covid, le FMI établit qu’en Afrique, « le Sénégal fait partie des pays qui ont enregistré le plus important bond en termes de points puisque pour 2022, ce taux est prévu à 5,5% ». La croissance économique devrait s’établir à plus de 13% en 2023.

Par ailleurs, ajoute le CSE, Dakar a amélioré son classement dans l’indice Mo Ibrahim sur la gouvernance en Afrique (Iiag). Une performance qui résulte des réformes du PREAC III de l’environnement des affaires et des droits de l’Homme.

Une démarche anticipative, transparente et inclusive dans la gestion du pétrole et du gaz
En matière de gestion des ressources naturelles, le CSE constate une : démarche inédite initiée par le gouvernement en matière de politique d’anticipation dans la gestion du pétrole et du gaz. A cet effet, explique-t-il, la tenue du Conseil présidentiel, le mardi 21 décembre 2021, constitue une référence dans la perspective de l’adoption du projet de loi relatif à la répartition et à l’encadrement de la gestion des recettes issues de l’exploitation du pétrole et du gaz. Ainsi, après avoir magnifié « la démarche transparente, participative et inclusive », le Club estime que, le Président de la République a pris la bonne mesure, dans la nouvelle étape d’émergence économique et sociale dans l’exploitation des hydrocarbures, tout en pensant à une prospérité partagée avec les générations actuelles et futures par la mise en place d’un Fonds intergénérationnel.

Les violences, un fléau ; la paix, une aspiration populaire
A propos des violences multiformes qui se signalent de plus en plus sur le champ politique mais aussi social, le CSE appelle à un questionnement plus profond sur leurs origines et leurs manifestations. Le constat est que les violences se propagent de la famille jusqu’à la rue, dans plusieurs sphères. Toutefois, précise le Club, il reste encore à interroger ce phénomène de violences, qui doit être une préoccupation nationale, non pas uniquement au niveau du Gouvernement mais à l’échelle de tous les segments de la société sénégalaise. D’autant plus que, estiment Youssou Diallo et Cie, « la culture des valeurs de paix, de tolérance, de parenté doit être une aspiration nationale partagée dans un contexte où le mauvais usage des réseaux sociaux est devenu vecteur de violences et de dissémination de contre-valeurs ».
Résultat des courses, le CSE lance un appel à tous les acteurs politiques engagés dans les prochaines élections locales afin qu’elles se déroulent dans la démocratie, la transparence et dans un climat apaisé.

Croisade sans concession contre les détournements de deniers publics
Le Club Sénégal Emergent se désole d’une actualité récente relative à l’éclatement d’une série de détournements de deniers publics et de cas de mal-gouvernance allégués à la Lonase, à la Poste, au Trésor et des trafics de passeports diplomatiques et visas. Ainsi, il exige un traitement judiciaire rigoureux et diligent de ces dossiers afin que, le cas échéant, des sanctions exemplaires soient prises sans complicité ni complaisance.

Pour les membres du Club, ces phénomènes méritent réflexion car ils questionnent aussi l’ensemble de la société sénégalaise, notamment ses rapports avec le bien commun, avec la facilité, le laxisme et la banalisation collective des passe-droits. Pour une plus grande efficacité et une efficience dans la lutte contre la corruption et les détournements de deniers publics, le CSE réitère sa proposition concernant la fusion de certains corps de contrôle de l’Etat (Cour des comptes, IGE) et pour l’avènement de Chambres régionales de la Cour des comptes.

Une primature rationalisée
Pour le CSE, la volonté du Président de la République de restaurer le poste de Premier ministre sera validée et effective très prochainement. Le CSE s’en était félicité après en avoir fait une demande expresse en son temps.
Le Club Sénégal Emergent rappelle sa proposition pour la mise en place d’une Primature rationalisée dans son organisation, dans ses méthodes de travail, dans ses procédures, dans son fonctionnement et dans ses effectifs. Il suggère une Primature moins budgétivore composée d’une équipe légère, technique et efficace, dirigée par une femme ou un homme répondant au profil qui ne sera ni dans la dualité au sommet ni dans une politisation outrancière. Il s’agira aussi de restaurer un véritable et franc dialogue entre le Parlement et l’Exécutif et les citoyens.

31 décembre 2021

------------------------------------

Vous pouvez réagir à cet article