DÉFAUT DE PRISE EN CHARGE : L’HOGIP S’EXPLIQUE

news-details
SANTE

La vidéo qui circule dans les réseaux et qui fait état d’un défaut de prise en charge d´un homme victime d’un accident de la circulation et évacué à l´Hôpital Général Idrissa Pouye (HOGIP) de Grand Yoff a fait réagir les autorités hospitalières. A travers un communiqué, la Direction et la Commission Médicale d´Etablissement (CME) ont apporté des éléments d´éclairages. « Le mercredi 18 août 2021 entre 15h 30 mn et 16 h, il a été reçu au service d’accueil des urgences de HOGIP deux (2) ambulances des sapeurs-pompiers transportant des blessés : une première ambulance transportant deux accidentés pris en charge immédiatement et une deuxième ambulance transportait une troisième victime d’un autre accident, un homme de 32 ans. Ce dernier n’a pu être pris en charge au niveau de la salle de tri, faute de place. Cependant, il a été évalué dans l’ambulance par le médecin sénior de la garde d’orthopédie et qui a jugé que son état nécessitait une régulation vers une autre structure pour sa prise en charge », indique le document.

L’HOGIP se réserve le droit de saisir les juridictions compétentes

Avant de continuer que la victime a eu à bénéficier avant son transfert, d’un traitement dans l’ambulance, administré par une infirmière, sur prescription du médecin. Le médecin urgentiste titulaire et responsable de la garde, souligne le communiqué, a appelé le SAMU à 16h 46 mn pour organiser sa régulation et il a été évacué par les sapeurs-pompiers vers 17h à l’hôpital Principal après confirmation de la disponibilité d’une place le SAMU. « Il n’y a eu aucun échange de propos déplacés entre les sapeurs-pompiers et le personnel de garde, mais les accompagnants du patient s’en sont pris au personnel car ayant jugé l’attente trop longue. Nous rappelons par ailleurs que HOGIP est une structure à vocation de soins et d´enseignement et à ce titre reçoit des stagiaires et des médecins en spécialisation de l’université Cheikh Anta Diop. Cependant la responsabilité de la garde est toujours assurée par un médecin urgentiste sénior », ajoute le document.

La direction déclare que le patient n’a acheté aucun ticket et n’a déboursé aucun franc hormis l’ordonnance qui lui a été prescrite. Par ailleurs, HOGIP déplore les injures proférées avec violence par le patient dans la vidéo à l’endroit du personnel de HOGIP et envers des autorités et qui ne peuvent être justifiées par des supposées lenteurs de prise en charge et se réserve le droit de saisir les juridictions compétentes.

Vous pouvez réagir à cet article