DÉJÀ CONDAMNÉ TROIS FOIS, P.I.D. ENCORE ARRÊTÉ POUR 25 ORDINATEURS VOLÉS

news-details
POINT E

Encore Papa Ibrahima Dia ! Cet homme n’a pas appris de ses séjours carcéraux. Condamné à trois reprises pour vol d’ordinateurs, il a, quelques mois après son dernier élargissement de prison, récidivé. Cette-fois on lui reproche d’avoir volé pas de 25 ordonnateurs entre Pont E, Université Cheikh Anta Diop et la banlieue. Le montant exact du préjudice n’a pas encore dévoilé mais, il dépasse une dizaine de millions de francs CFA. Quid des faits ?

En effet, suite à de nombreuses plaintes pour vols d’ordinateurs dans différentes entreprises et services de la place, la brigade de recherche du commissariat de Point E a été mise en alerte. Il s’y ajoute que les victimes de ces cas de vols ont, pour la plupart, des images de vidéos montrant la personne de Papa Ibrahima Dia. Ce dernier, connu du servir pour avoir été présenté au Parquet à deux reprises en 2013 et 2020, a été arrêté grâce aux investigations. Lesquelles ont révélé qu’il a volé 3 ordinateurs à Oscar Afrique, 1 ordinateur à Ecko, 2 ordinateurs à In Touche Sa et 3 ordinateurs à CRBC.

Également, il a visité la direction de l’Informatique et de maintenance de l’Université Cheikh Anta Diop où il a emporté deux ordinateurs avant de se diriger au département d’ontologie de la faculté de médecine pour voler deux de leurs ordinateurs.

Un Mac Book Pro de 2 millions volé à la PNA

La pharmacie nationale d’approvisionnement n’a pas été épargnée. Il y a volé un ordinateur Mac Book Pro de dernière génération qui coûte près de 2 millions de francs CFA. Ce n’est pas tout, il a subtilisé 3 ordinateurs au Programme nationale de lutte contre le Paludisme et un autre au Centre des opérations des urgences sanitaires.

Mieux, l’enquête a révélé que c’est aux heures de pause qu’il commettait ses forfaits avant d’écouler ses produits volés auprès d’un certain Abdou Fall qui a été arrêté pour recel. Interrogés par les hommes Ahmed Tidiane Thiam, commissaire du commissariat de Point E, les deux mis en cause ont reconnu les faits qui leurs sont reprochés. Après l’épuisement de leur délai de garde à vue qui est de 48 heures, ils ont été déférés devant le parquet avant d’être placé sous mandat de dépôt. En détention préventive, ils attendent d’être jugés.

Vous pouvez réagir à cet article