DÉMARRAGE DES DÉPÔTS DE CANDIDATURES

news-details
Présidentielle gambienne

À un mois juste de la présidentielle, c’est le branle-bas de combat dans les états-majors des formations politiques en Gambie. Depuis ce week-end, c’est le ballet incessant de candidats devant la Commission électorale indépendante en vue de déposer les dossiers de candidature. L’instance électorale a en effet du pain sur la planche, vu le nombre particulièrement pléthorique de candidats-26 au total-. Ce samedi, au moins deux candidats se sont désistés tandis que les pourparlers pour les alliances de dernière minute se poursuivent.

C’est le candidat indépendant Joseph Joof qui a ouvert le bal des dépôts ce samedi. Il a été suivi par la seule femme candidate de cette présidentielle, Marie Sock avant que deux autres candidats indépendants ne viennent déposer leur dossier de candidature auprès de l’instance électorale. D’ores et déjà, l’on sait qu’Alhaji Kurang et Mathew Gomez ont dû retirer leur candidature faute de pouvoir mobiliser les dossiers requis. Ce dimanche, le ballet continue et devrait se poursuivre jusqu’à vendredi.

Parallèlement, les tractations en vue de former les alliances entre formations politiques se poursuivent. Dans les rangs de l’opposition, deux coalitions sont annoncées. D’abord entre l’universitaire Dr Ismaila Ceesay et l’ancien ministre de l’intérieur Mai Ahmet Fatty. La branche dissidente de l’APRC s’alliera derrière le parti de Mamah Kandeh, arrivé troisième à la dernière présidentielle. Tandis que l’autre branche de la formation de Jammeh, elle, soutient le président sortant, conformément au protocole d’accord annoncé début septembre dernier.

Implosion

Peut-on parler d’implosion de l’ancien parti au pouvoir ? Beaucoup d’observateurs répondent par l’affirmative. Il faut dire que la sortie de l’ancien président en exil, à la mi-octobre, n’a pas arrangé les choses. Le fantasque personnage toujours égal à lui-même a contribué à semer la zizanie dans ce qui reste de son héritage.

Après le bouclage des dépôts de candidatures vendredi prochain, la Commission n’aura que trois jours seulement pour valider ou invalider les dossiers. La Campagne démarre le 9 novembre et finit le vendredi 2 décembre, l’avant-veille du scrutin.

Vous pouvez réagir à cet article