DEMBA KANDJI : « LES RÉSULTATS PROVISOIRES SERONT CONNUS VENDREDI »

news-details
PRÉSIDENTIELLE 2019

Le juge Demba Kandji et par ailleurs président de la Commission nationale de recensement des votes a, ce lundi 25 février 2019, lendemain du scrutin présidentiel, fait face à la presse. Ce, pour expliquer le travail qu’ils (les membres de ladite commission) vont faire pendant les cinq jours avant la proclamation provisoire des résultats.

Cependant, les journalistes ont profité de la rencontre pour l’interpeller sur les résultats provisoires qui ont été divulgués par des candidats de l’opposition et de la coalition du président sortant. Le magistrat a été formel dans sa réponse. « Personne n’a le droit de proclamer les résultats. C’est la commission nationale de recensement des votes qui en a la compétence », a déclaré le juge. A la question de savoir s’il condamne la sortie du Premier ministre qui a annoncé la victoire du président sortant à hauteur de 57%, Demba Kandji indique « je ne condamne rien. Ils sont dans leur rôle. Chacun à son rôle. Je n’ai pas à condamner quoi que ce soit », a-t-il soutenu. Il a également magnifié la maturité des sénégalais qui après leur vote sont tranquillement rentrer chez eux.

Le travail de la commission commence ce lundi

En effet, si l’en croit LE magistrat de la Cour d’appel, les résultats provisoires du scrutin présidentiel du 24 février seront connus vendredi prochain, 1 mars. « Nous sommes chargés, à titre provisoire, de rassembler les votes et de proclamer provisoirement les résultats. Nous faisons ce travail sur la base des comptes rendus qui nous sont remontés par les délégués de la Cour d’appel qui sont présents sur l’ensemble du territoire national. Nous le faisons également sur la foi des procès-verbaux qui nous parviennent des 45 commissions départementales des recensements des votes. Lesquelles travaillent sur les Procès-verbaux des bureaux de vote et sur tout document pertinents annexés à ces Procès-verbaux », a-t-il expliqué.

D’après Demba Kandji, les chiffres qui leur parviennent peuvent être redressés s’il y a des erreurs ou peuvent faire l’objet d’annulation s’il y a un motif qui le justifie. Toutefois, précise-t-il, la commission nationale a, seule, le pouvoir de redresser et d’annuler lesdits chiffres. La Commission départementale, informe-t-il, ne peut faire que redresser des erreurs s’il y a lieu. Le travail de la commission, révèle-t-il, commence aujourd’hui. Car, elle a reçu les procès-verbaux de Gossas, Saint Louis, Malem-Hodar, Birkilane, Bambey, Guédiawaye et Koungheul. Par ailleurs, Demba Kandji a invité les médias à participer au travail. Parce que, souligne-t-il : « nous faisons le travail dans la transparence avec la rigueur qui sied ».

Vous pouvez réagir à cet article