DÉPART DE NIASSE DE LA TÊTE DE L’AFP : LES PRÉCISIONS DE ZATOR M’BAYE

news-details
JURY DU DIMANCHE

Au moment où on s’interroge sur les conséquences du départ de la tête de l’Alliance des forces de progrès (AFP) du Secrétaire général Moustapha Niasse poste qu’il occupe depuis 22 ans aujourd’hui, le responsable des jeunesses progressistes, Zator M’baye, évoque un retrait à la place d’une retraite. D’ailleurs, il le dit très clairement, devant le Jury du dimanche (JDD), ce 29 juin, il "ne cracherait" sur une proposition selon laquelle Niasse occuperait le poste de président d’honneur.

Dans son argumentaire, il a emprunté la formule de son vénéré marabout, Serigne Babacar SY, expliquant qu’"il est bon d’avoir dans une Assemblée aussi bien des jeunes qui ont la force mais également des moins jeunes qui ont le savoir. Je pense que c’est deux denrées combinées, peuvent produire de l’efficacité, et c’est ce que nous recherchons à l’AFP."

« 
L’AFP A TOUJOURS BESOIN DE NIASSE »

Ainsi, "nous avons toujours besoin de l’expérience, de l’expertise du président Moustapha Niasse. Vous savez, c’est quelqu’un qui a vécu 64 ans de vie politique. Je suis de l’AFP, nous avons des camarades, des cadres de haut niveau mais pour avoir quelqu’un qui puisse remplir le fauteuil de Moustapha Niasse, va être très difficile. Je suis militant d’une gestion collégiale, et en notre sein justement, on choisira la personne qui sera la mieux habilitée à présider le parti", a-t-il confié.

Etes-vous candidat à sa succession ? "Pour le moment, je ne suis pas candidat, et je n’ai pas de candidat. Nous ne sommes pas des adeptes de la dévolution monarchique ou dynastique. Tout se fera dans le cadre d’un renouvellement démocratique, de la plus petite cellule jusqu’au bureau politique. Il est normal qu’on puisse discuter et de voir, entre nous, le meilleur profil pour pouvoir capitaliser toutes les énergies. Parce que, ce que nous recherchons en fait, c’est de capitaliser cet espoir, cette espérance mais également de nous inscrire dans le continuum qui a fait que notre parti reste la troisième formation politique. Depuis 2000, on a été faiseurs de roi. Peut-être un jour, on sera roi comme l’a souhaité le président Moustapha Niasse".

Moustapha Niasse, le secrétaire général de l’AFP, ouvrant sa succession, a décidé de passer la main à la jeunesse à l’issue du prochain Congrès du parti qui aura lieu dans le premier semestre de 2022. Il est à la tête dudit parti depuis son célèbre appel lancé le 16 juin 1999 : "j’ai choisi l’espoir". Le processus de renouvellement pourrait être parachevé à l’occasion du 23e anniversaire du parti.

Toutefois, la décision appartient au chef de l’État, Macky Sall, et "capitaine" de la coalition Benno Bokk Yakaar (BBY), quant au retrait de Niasse du perchoir de l’Assemblée nationale, a souligné Zator M’baye.

Une chose est sûre, il n’est pas opposé au retour de Malick Gakou, ex-numéro 2 du parti, aujourd’hui à la tête du Grand parti (GP).

Vous pouvez réagir à cet article