image

"DEPUIS LA DÉCOUVERTE DU PÉTROLE, LE SÉNÉGAL A DES PROBLÈMES..."

image

La société civile sénégalaise veut être associée à la production comme à l’exécution de la loi sur la répartition des revenus issus des hydrocarbures dont l’exploitation débute en 2023. Elle a initié une rencontre dans ce sens, ce lundi 27 décembre, 2021.

Lors du Conseil présidentiel sur les hydrocarbures, le 21 décembre, 2021, le président de la République, avait demandé à la société civile de lui revenir avec des propositions avant que le projet de loi relatif à la répartition et à l’encadrement de la gestion des recettes issues de l’exploitation des hydrocarbures ne soit envoyé à l’Assemblée nationale pour examen.

Pour Alioune Tine, la gestion de ces recettes doit être encadrée. « L’enjeu, c’est de ne pas mettre toute la manne financière dans le budget national pour que les personnes profitent de cette manne. Il ne faudrait pas que ceux qui en profitent aujourd’hui, soient ceux qui en profitent demain et que beaucoup de gens soient laissés pour compte. La question de la gestion du pétrole en Afrique, la transparence n’a toujours pas été au rendez-vous », a-t-il déclaré.

Pour M. Tine, si les Africains veulent profiter au maximum de leurs ressources, ils doivent s’unir. « L’unité des Africains, c’est la chose la plus importante. Unité de la société civile, des gouvernements, de l’opposition, par rapport à ces défis. Le Sénégal est un pays pacifique. Mais depuis que l’on a du pétrole, il y a des problèmes. Et ce n’est pas encore fini. Cela suppose que l’on ait une économie politique et des institutions assez fiables pour que les gens qui détournent, soient punis. Nous avons beaucoup de textes, de mécanismes, mais ils ne suffisent pas », a-t-il indiqué.

Babacar FALL

27 décembre 2021


------------------------------------

Vous pouvez réagir à cet article