image

DES DÉPUTÉS RÉCLAMENT L’AUDITION DE DIOUF SARR

image

L’affaire des bébés morts calcinés ne laisse pas indifférents les députés. Théodore Chérif Monteil, Marième Soda Ndiaye réclament l’audition du ministre de la Santé et des services concernés, suite à l’incendie survenu à l’unité de néonatalogie de l’hôpital Abdoul Aziz Sy Dabakh de Tivaouane.

Au-delà de l’enquête judiciaire enclenchée suite à la mort de 11 bébés dans un incendie à l’hôpital de Tivaouane, les députés Marième Soda Ndiaye et Théodore Cherif Monteil veulent aussi jouer leur partition pour l’éclatement de la vérité dans cette tragédie. Ils ont annoncé trois initiatives : une question écrite au Gouvernement sur l’incendie de l’unité de néonatologie dudit hôpital, une requête pour audition du ministre de la Santé et de l’action sociale et ses services concernés et une requête pour la mise en place d’une mission d’information parlementaire sur les unités de néonatalogie du Sénégal.

Abdoulaye Diouf Sarr n’est plus ministre depuis jeudi, mais les deux députés souhaitent entendre également la Direction des Infrastructures, des équipements et de la Maintenance et la Direction des Établissements de Santé. Dans un communiqué, ils rappellent que « plusieurs alertes avaient été faites par les députés durant les sessions budgétaires, ... pour la mise en place des missions d’information sur des sujets d’intérêt majeur ».

Les deux députés membres de la coalition Aar Sénégal réclament également la mise en place d’une mission d’information parlementaire sur les unités de néonatalogie du Sénégal après les nombreux cas de négligences notés dernièrement dans les hôpitaux. Et compte tenu de tous ces manquements, les députés prient le Gouvernement d’apporter des réponses « appropriées » à leurs interrogations. Ils veulent savoir si « les missions d’inspection sont déployées régulièrement dans les structures sanitaires publiques comme privées pour prévenir ce genre d’accidents ? » Et le cas échéant, si « leurs conclusions et recommandations sont appliquées pour s’assurer que les bonnes dispositions et les bonnes pratiques sont systématiquement mises en place dans les structures de santé ? ».

Ndeye Anna NDIAYE

28 mai 2022


------------------------------------

Vous pouvez réagir à cet article