DES ÉCONOMISTES MONTRENT LA VOIE DE L’INDUSTRIALISATION

news-details
LR DU TEMPS

Les projections du budget 2022 au menu de Lr du temps, ce dimanche, 4 juillet, sur iRadio. L’État du Sénégal table sur 5 002 milliards F CFA, soit une progression de 457,4 milliards F CFA en valeur absolu et de 10% en valeur relative.

"On n’est pas arrivé aux grands objectifs", selon Pr Kassé

Loin de la progression, Pr Moustapha Kassé a déploré le fait que le Sénégal soit encore loin des "grands objectifs" tels que l’industrialisation. "On pose beaucoup de problèmes, a-t-il détaillé. Est-ce que cela va arriver à bon port ? Est-ce que c’est suffisant ? Quand on dit 59% des recettes budgétaires seront consacrés aux transformations sociales, c’est-à-dire à l’Agriculture, à l’Industrie, etc. Est-ce qu’en fait c’est suffisant pour véritablement nous donner ce qui est le plus important, l’industrialisation. Aujourd’hui, les États ne peuvent pas faire autre chose que de s’industrialiser. Ce qui permet l’exploitation des ressources naturelles, en même temps aussi de financer le secteur tertiaire. Comme je dis, on a beaucoup de portables, pas de machines, pas d’usines, faire le portable nous-même, le fabriquer sur place. L’Agriculture, on disait il faut arriver à l’autosuffisance alimentaire. C’est le point nodal que le gouvernement choisit. Pourquoi on n’y arrive pas (alors qu’) on a tous les ingrédients pour y arriver ?"

"On tâtonne. On a un État dont le train de vie (qui) dépasse tout entendement. On sait comment ces États vivent, qui sucent presque le sang des populations, avec des Institutions budgétivores, dont le Haut conseil des collectivités territoriales (HCCT), et d’autres créés et qui ne servent absolument à rien du tout. Alors que les systèmes éducatif et sanitaire, sont en lambeaux. Je ne parle même pas de l’emploi des jeunes", a appuyé Pr Demba Moussa Dembélé.

Selon les économistes, pour y arriver, le Sénégal doit se départir des politiques de la Banque mondiale (BM) et du Fonds monétaire international (FMI), "instruments au service de l’Occident", en déterminant lui-même sa politique industrielle.

"Aussi longtemps que ces institutions dicteront vos politiques, vous ne pourrez jamais vous industrialiser", a relevé, dans ce sens, Pr Dembélé.

Y’a-t-il des moyens de sortir de ces institutions ? Il a donné l’exemple de Thomas Sankara : "quand il est venu, il a insufflé une vision, un enthousiasme à son peuple, ils ont fait des miracles, en trois ans, avant qu’on ne l’assassine. Les gens peuvent sortir de cette ornière mais à condition qu’ils aient le courage de dire voilà ce que nous voulons faire de notre pays".

Pr Kassé a insisté, de son côté, sur la digitalisation du budget afin de éviter les évasions fiscales. Celles-ci coûteraient à l’Afrique plus de 240 milliards de dollars.

Vous pouvez réagir à cet article