image

VOL DE CÂBLES SUR LE TRACÉ DU BRT

image

Après la coupure des câbles du train express régional (TER) qui avait entraîné quelques perturbations, des individus mal intentionnés s’attaquent aux travaux du Bus rapid transit (BRT). L’on se rappelle que trois personnes dont un mineur de 13 ans avaient été prises en flagrant délit de vol au niveau de la base du Bus rapid transit (Brt) à Gadaye (Guédiawaye). Ils chargeaient des barres de fer à l’atelier de soudure.

Arrêtés puis soumis au feu roulant des questions, ils avaient reconnu avoir volé les barres de fer extirpées de l’atelier de soudure de la base du Brt où il travaille, sur ordre d’un nommé A. Gaye, en vue de les revendre à un receleur du nom de M. Tall établi à Yeumbeul. Cette affaire a été portée devant la justice.

Il faut dire que des faits semblables ont eu lieu, dans la nuit du samedi au dimanche dernier, à Grand Dakar. Des quidams ont profité de la nuit pour voler des câbles sur le tracé du BRT en face de Thiossane. Les populations interpellent les autorités sur leur sécurité. Parce que, notent-elles, ces faits commencent à devenir récurrents. Retrouvé à Grand Dakar non loin du tracé du BRT, Mark Sagna, dit être désolé qu’on vole tout le temps le bien public. « C’est vraiment dommage. Mais, nous sommes habitués à ça au Sénégal. Parce que même les bouches d’égout ne sont pas épargnées. Alors, le problème des sénégalais c’est qu’ils ne peuvent pas distinguer un bien communautaire et un bien appartenant à autrui. On vole tout au Sénégal », regrette-t-il.

De son côté Fatou Dieng, vendeuse de petit déjeuner, a expliqué que c’est vers les coups de 3 heures du matin que les faits se sont déroulés. « Des jeunes ont coupé les câbles et c’est ainsi qu’un de nos voisins a appelé la police. Lorsque les limiers ont fait leur apparition, les jeunes ont pris la tangente. Ils ont laissé un sac contenant des câbles derrière notre fenêtre », a-t-elle dit. Avant de poursuivre : « par la suite, un autre individu est revenu pour récupérer les sacs. J’ai crié au voleur et les jeunes du quartier sont sortis. C’est là qu’il a pris la fuite. C’est une situation vraiment difficile. Parce qu’on n’a pas d’électricité et nous vivons dans l’insécurité totale ».

Le ministre de l’Intérieur, Antoine Diome, avait révélé que l’État a lancé la traque contre les voleurs des câbles du Ter. Selon lui, ces actes ne resteront pas impunis en clair, les auteurs vont être identifiés, traqués, arrêtés et livrés à la justice. Sera-t-il le cas pour cette fois-ci ? Les prochains jours nous édifieront.

Cheikh Moussa SARR et Fatima BÂ

17 octobre 2022


------------------------------------

Vous pouvez réagir à cet article