DES TURCS AU CHEVET DES POPULATIONS DE KEUR BAKARY SARR

news-details
Déficit d’eau

L’eau est là ! Une scène digne du passage sur la source maudite dans ’’Kirikou et la sorcière’’, film tiré d’un conte africain. Un forage érigé à Keur Bakary Sarr, village situé dans la région de Thiès y déclenche une scène de liesse. Ces populations ont bénéficié du programme d’accès à l’eau d’une société de production turque qui tourne une série de documentaires. Accompagnés d’un ingénieur en eau, Caglar Demirkapi, ils ciblent des zones où l’accès au liquide est difficile et creusent des puits. Après une tournée en Gambie, à Madagascar, en Tanzanie, au Kenya, en Algérie, en Guinée, en Éthiopie, entre autres pays en Afrique, ils tournent au Sénégal. Pour ce coup-ci, Keur Bakary Sarr en profite, pour le plus grand bonheur des autochtones. "On manquait cruellement d’eau", se lamente Pape Sarr, un habitant et frère du chef de village.


Il faut dire qu’avant l’érection du forage, les femmes parcouraient des kilomètres pour se procurer le liquide précieux. Désormais, le village bénéficie du programme de l’accès à l’eau de l’équipe turque et les femmes sont aux anges. Non sans rappeler le calvaire vécu avant ce programme. "On avait accès à l’eau que tard la nuit, à 04 heures du matin. Avant 08 heures, c’est la panne sèche. En plus, l’eau ne coulait pas de tous les robinets. Seuls deux robinets marchent dans tout le village et ce, pendant deux ou trois heures de temps seulement. Nombreux étaient les ménages qui n’en disposaient pas. Des fois, on était obligé d’en acheter pour étancher notre soif. Avec l’appui des Turcs, on est vraiment soulagées. C’est une doléance qui vient d’être satisfaite", exulte Amy Diène, la présidente des femmes de la localité.


Vous pouvez réagir à cet article