image

DESCENTE AUX ENFERS DE YANKHOBA DIATTARA

image

Vraisemblablement, la sortie du chef de cabinet du ministre de l’Économie numérique et des Télécommunications ce mercredi n’était pas anodine. "Nous avons constaté au niveau local comme national que le ministre et camarade Yankhoba Diattara est attaqué de toute part. Les gens l’accusent d’être derrière certaines décisions prises par le président Idrissa Seck. Nous pensons que c’est malhonnête. Yankhoba Diattara est un homme loyal et fidèle au président Idrissa Seck", avait laissé entendre Amadou Sidibé, Chef de cabinet du ministre de l’Économie numérique et des Télécommunications.

Quoi qu’il en soit, la descente aux enfers de Diattara est un secret de polichinelle. Aux dernières locales, tête de liste de la coalition Bby en ville Diattara a été battu même dans son centre et bureau de vote. Son patron aussi.
L’on attribue aussi à l’ancien premier Vice-président du conseil départemental de Thiès d’être un homme qui n’a pas "dilaté" sa poitrine comme le suggère Idrissa Seck. Avant les locales, Idy lui avait enjoint de rassembler, de se rapprocher de certains responsables comme Habib Kane président du mouvement Radart (Réseau d’appui et d’assistance de la région de Thiès), artisan de la défaite du patron de Rewmi au centre Malick Kaïré, ce que Diattara n’a pas fait. À quelques jours des locales Yankhoba Diattara, avec certains responsables du parti Rewmi, organisent une assemblée générale au cyber campus pour qu’il soit porté à la tête de la coordination départementale du parti.

Pourtant, selon certains, il n’était pas la personne indiquée. Un coup d’État politique s’empresse de dire des observateurs de la politique à Thiès.

Au sortir des locales et de la défaite de Bby, beaucoup pensent que c’est Idrissa Seck le grand perdant des élections. "Idrissa Seck n’était pas candidat. Les perdants ce sont les candidat" avait répondu la candidate malheureuse et responsable dans le parti Rewmi à Thiès-Ouest, Binta Basse lors d’une déclaration de presse. Ce que Diattara n’a pas fait, informe une source proche du Parti Rewmi. Un comportement que le patron du parti ne digére pas chez le ministre.

Pire, pour le MENT, la délégation dirigée par le garde des sceaux ministre de la Justice Malick Sall a eu, selon certaines sources, droit à un procès du ministre Yankoba Diattara qui serait un acteur principal de la défaite de la coalition présidentielle dans la capitale du rail de par son comportement envers ses camarades de coalition. Toute chose qui aurait précipité sa "descente aux enfers"

Mercredi dernier, le président du Cese a reçu des responsables de son parti à Dakar dont Mor Sène. Ce dernier est d’ailleurs pistonné coordonnateur du Rewmi dans le département de Thiès à la place de Yankhoba Diattara.
Nos confrères du journal Le Quotidien présente le désormais patron de la coordination départementale comme un homme du sérail.

"Mor Sène n’est pas un inconnu dans le parti. Le président du Conseil régional de Thiès entre 2013 et 2014 chemine avec Idrissa Seck depuis 1993 après le décès de Boubacar Sall. Déjà, il militait au Parti démocratique sénégalais (Pds) depuis 1998. M. Sène est originaire de Ndiéyène Sirakh, une communauté rurale de Thiès dont il était président de 2002 à 2008", d’après le quotidien le Quotidien.

Isidore Alexandre SENE
(Correspondant à Thiès)

25 mars 2022


------------------------------------

Vous pouvez réagir à cet article