DEUX CASQUES BLEUS TUÉS DANS LE SUD DU PAYS

news-details
CENTRAFRIQUE :

Deux casques bleus de la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations Unies pour la stabilisation en République centrafricaine – un gabonais et un marocain - ont été tués lundi, à 17 km de Bangassou (préfecture du Mbomou), dans le sud de la RCA, suite à l’embuscade de leur convoi par des éléments des groupes armés coalisés, selon un communiqué publié par la MINUSCA.

Le Représentant spécial du Secrétaire général des Nations unies en République centrafricaine et Chef de la MINUSCA, Mankeur Ndiaye, condamne fermement cette attaque menée notamment par des combattants l’UPC et des anti-Balakas, membres de l’alliance des groupes armés. Il souligne que la MINUSCA va travailler avec les autorités centrafricaines pour que les auteurs et les complices de ces crimes de guerre soient arrêtés et traduis en justice.

Le Représentant spécial du Secrétaire général rend hommage aux casques bleus disparus et présente ses condoléances émues aux familles endeuillées, aux contingents gabonais et marocain ainsi qu’au Gouvernement du Gabon et au Royaume du Maroc. « La MINUSCA a payé un lourd tribut avec sept casques bleus tombés au service de la paix, depuis le lancement des attaques coordonnées simultanées par les anti-Balaka, le 3R, le MPC et l’UPC, alliés à l’ancien président François Bozizé. Mais elle reste engagée à poursuivre son mandat de protection des populations civiles et de sécurisation des élections », a précisé le Représentant spécial. Il rend également hommage aux civils, aux humanitaires et aux membres des forces de défense et de sécurité centrafricaines, victimes de ces violences.

La MINUSCA poursuit l’opération de sécurisation de Bangassou, ville que la Force contrôle totalement depuis vendredi après l’arrivée de casques bleus supplémentaires et d’un ultimatum lancé aux groupes armés, qui occupaient certaines positions après l’attaque du 3 janvier. Des patrouilles robustes sont actuellement menées dans la ville et ses environs. La situation sécuritaire est calme et les habitants commencent à retourner à leurs domiciles. Toutefois, la Force de la MINUSCA reste en alerte pour prévenir toute action des groupes armés visant la population civile, l’autorité de l’Etat et les casques bleus ou le retour des rebelles à Bangassou.

Vous pouvez réagir à cet article