DIOR FALL SOW, ANCIENNE PROCUREURE : « ABDOUL MBAYE, EL HADJI KASSÉ, CLÉDOR SÈNE DOIVENT ÊTRE ENTENDUS »

news-details
SCANDALE PÉTROLIER

Mettre en œuvre tous les moyens pour faire la lumière sur le dossier dit « Le scandale à 10 milliards de dollars » du pétrole, éclaboussant le jeune frère du président de la République, Aliou Sall, Frank Timis, l’Etat du Sénégal et les compagnies pétrolières BP et Kosmos Energy. Telle est la conviction de Dior Fall Sow, la première femme procureure de la République au Sénégal. Invitée du Jury du dimanche de Mamoudou Ibra Kane, ce dimanche, 23 juin, sur Itv, l’ancienne magistrate au Tribunal pénal international pour le Rwanda s’oppose à ceux qui réclament l’arrestation d’Aliou Sall.

En effet, le scandale pétrolier est le thème principal du JDD de ce dimanche. Pour l’éclatement de la vérité, l’ancienne Procureure de la République, Dior Fall Sow, souligne que (Serigne Bassirou Gueye) doit entendre « toutes les personnes qui ont fait des déclarations » sur le sujet : L’ancien Premier ministre, Abdoul Mbaye, le ministre-conseiller du président de la République, El Hadji Kassé et même Clédor Sène. D’autant plus, dit-elle, que « le documentaire de la BBC donne des éléments qui sont extrêmement graves, (et) les copies de certains contrats sont suffisamment graves pour qu’on puisse ouvrir une information judiciaire. » Ainsi, recommande-t-elle : « On ne doit pas seulement entendre une seule personne, ne pas se baser seulement sur ce qui est dit. Vous avez deux (2) contradictions entre BBC soutenue par l’opposition et le pouvoir soutenu par certains alliés qui ont chacun leurs thèses. »

Ainsi, indique la membre fondatrice de l’Association des juristes sénégalaises (AJS), la « prudence s’impose ». Ce, avant de « donner un point de vue disons définitif ». Dans la mesure où motive-t-elle : « Le Procureur de la République est le maître des poursuites et il doit, avant de pouvoir décider de ce qu’il va faire, avoir tous les éléments qui s’imposent pour savoir quelle orientation devra être donnée (au dossier). » A l’en croire, l’enquête préliminaire de la Division des investigations criminelles (DIC) sera déterminante. « J’ai eu beaucoup à travailler avec eux quand j’étais en fonction, ils font des investigations pour trouver les éléments les plus appropriés pour justement alimenter cette enquête. C’est après qu’ils envoient au Procureur de la République, une fois que cette enquête est terminée, selon eux, pour qu’il puisse prendre les mesures appropriées, pour que le dossier puisse être instruit. »

Même si, à son avis, un appel à témoin n’était même « pas nécessaire », elle soutient que cela peut constituer « un levier, dans la recherche de la vérité, pour faire venir les témoins qui pourraient apporter la lumière à cette affaire. » Toutefois, conclut Dior Fall Sow : « Plus de transparence dans les affaires publiques » éviterait tous ces problèmes.

Vous pouvez réagir à cet article