DISCOURS DE DAKAR : SARKOZY AVOUE UNE ERREUR DANS LA FORME ET ASSUME LE FOND

news-details
NOUVEAU LIVRE "LE TEMPS DES TEMPÊTES"

Dans son nouveau livre, Le Temps des tempêtes (L’Observatoire, 2020), l’ancien président français revient sur ses deux premières années de mandat et livre quelques secrets. Entre autres sujets évoqués : son très controversé discours de Dakar... en juillet 2007. A l’époque, une phrase du nouveau président avait créé une vive polémique : "La colonisation fut une faute mais le drame de l’Afrique vient aussi de l’Afrique... L’homme africain n’est pas assez entré dans l’histoire."

Treize ans après le discours de Dakar, Sarkozy revient sur cet épisode. Pour reconnaitre une erreur de forme et assumer le fond. "L’erreur" (de forme) du discours de Dakar : "Sur le fond, je n’ai à renier", écrit-il. "Je crois encore aujourd’hui que l’Afrique a une part de responsabilité dans son propre malheur."

Dans son livre, Nicolas Sarkozy revient également sur son discours prononcé à Dakar (Sénégal), en juillet 2007. A l’époque, une phrase du nouveau président avait créé une vive polémique : "La colonisation fut une faute mais le drame de l’Afrique vient aussi de l’Afrique... L’homme africain n’est pas assez entré dans l’histoire."

Nicolas Sarkozy assume l’idée générale. "Sur le fond, je n’ai à renier", écrit-il. "Je crois encore aujourd’hui que l’Afrique a une part de responsabilité dans son propre malheur." Politiquement, en revanche, Nicolas Sarkozy, raconte avoir été surpris par la polémique, et confesse une "erreur". "Je dois reconnaître que je suis rentré tout seul dans le piège politique où mes adversaires souhaitaient me voir tomber", raconte-t-il. "Ai-je trop voulu en dire ? L’ai-je dit trop franchement, ou trop brutalement, ou les deux à la fois ? (...) C’était une erreur. Comment le contester ?"

Il conclut : "Je le regrette d’autant plus que j’aime profondément l’Afrique et les Africains."

Vous pouvez réagir à cet article