DISTRIBUTION DES VIVRES : MANSOUR FAYE S’EXPLIQUE

news-details
COVID-19

Mansour Faye a fait face à la presse, ce vendredi, pour s’expliquer sur le scandale dans la distribution des vivres aux impactés du Covid-19.

D’emblée, le ministre du Développement Communautaire de l’Equité Sociale et Territoriale a tenu à préciser qu’il apporte des éléments, non de justification, mais d’éclairage sur quelques points du programme d’aide alimentaire relativement au processus d’acquisition et d’acheminement des denrées. Son ministère est chargé d’acquérir un kit alimentaire composé de 100 Kg de riz, 10 litres d’huile, 18 briques de savons de 300g, 10kg de sucre, 10kg de pâtes alimentaires pour un million de ménages représentant environ entre 8 et 10 millions de sénégalais. « Compte-tenu de la situation d’urgence, le Président de la République a pris le décret 2020-781 du 18 mars 2020 portant dérogation au code des marchés publics qui soustrait les dépenses relatives à la lutte contre le COVID-19, de l’application des dispositions du décret 2014-1212 du 22 septembre 2014 portant code des marchés publics. Quand bien même les conditions d’un achat direct sont juridiquement réunies et socialement justifiées par l’urgence à disposer des vivres à distribuer aux populations nécessiteuses, le souci de transparence et de respect des règles d’éthique et de bonne gouvernance nous a conduits à nous référer aux bonnes pratiques, connues de tous en matière d’achats publics », a expliqué le ministre.

En termes de transparence et pour favoriser l’égal accès des entreprises aux différents marchés, deux avis de commande ouverte en procédure d’urgence ont été publiés. Ainsi, 62 offres ont été reçus, certains ayant postulé pour les cinq produits d’autres pour un, deux, trois ou quatre produits. Et, après exploitation des offres, seuls les fournisseurs ayant les capacités quantitative et qualitative requises ainsi que la meilleure offre financière, ont été retenus.

« Concernant le riz, ont été retenues les quatre meilleures propositions présentant un prix par tonne en-deçà de celui actuellement pratiqué sur le marché. Ainsi, les quatre fournisseurs ont cédé leur riz à deux cent soixante-quinze mille 275.000 francs CFA TTC la tonne soit le montant de 275 francs CFA le kilogramme.

Dans l’avis d’attribution, il a été fait obligation au fournisseur de démarrer les livraisons dans les 48 heures après la notification du bon de commande sous peine de résiliation », a souligné le ministre. Avant d’ajouter : « La société attributaire du plus gros volume a reçu en premier son bon de commande, et a démarré les livraisons depuis le samedi 11 avril 2020. Toutes les quantités de riz présentement convoyées à Dakar et vers les régions de l’intérieur ont été livrées par cette société ». Il précise que le reste des produits, notamment le sucre, l’huile, les pâtes et le savon, le même procédé est suivi pour leur attribution. « A l’heure où je vous parle, tout est bouclé », rassure-t-il.

Pour le volet transport, le ministre renseigne que l’avis de commande le concernant, indiquait, entre autres, l’obligation de disposer d’un parc de 50 camions au moins. « Une analyse de la base de données constituée à travers les réponses consécutives à cet avis, a permis d’avoir une idée sur les meilleurs prix pratiqués sur le marché du transport et de dégager un tarif optimum pour chaque région : Thiès, Louga, Diourbel, Fatick, Kaolack et Kaffrine : 7500 f CFA TTC la tonne ; Saint Louis et Tambacounda : 15000 f CFA TTC la tonne ; Matam, Kolda, Sédhiou, Kédougou et Ziguinchor : 18500 f CFA TTC la tonne.
Ainsi, les transporteurs qui ont accepté ces tarifs sont dans le dispositif d’acheminement depuis le lancement du processus par le Président de la République », a expliqué le ministre. Qui informe que le 15 avril 2020, 42 nouveaux chargements ont été réalisés. Non sans affirmer sa disponibilité à accueillir encore de camions d’autant que le besoin tourne autour de 600 véhicules par jour. « A ce jour, deux cent cinquante-trois (253) camions ont été mobilisés », renseigne le ministre Mansour Faye.

Vous pouvez réagir à cet article