image

DR ABDOURAHMANE DIOUF LIVRE SES SOLUTIONS

image

La série de violences, notées ces derniers jours dans le monde du sport, notamment la lutte et le football est sur toutes les lèvres et les langues. Chacun y va de son lot d’indignation et de désolation. C’est le cas du Dr Abdourahmane Diouf, qui a trempé sa plume pour fustiger cette forme de violence qui, au-delà, gangrène tous les secteurs de la société.

M. Diouf constate que depuis quelques temps le Sénégal est « épisodiquement » émaillé de violences multiformes. « Il y va des violences physique, verbale, conjugale, sportive, virtuelle, etc. Elles sont régulièrement dénoncées sans qu’aucune mesure effective ne soit prise notamment par l’autorité publique. Si les causes appellent à des facteurs multiples, on peut être d’accord que la famille et l’État, instances suprêmes de socialisation, sont interrogés et interpellés, chacun, en ce qui le concerne », a fait remarquer le leader du parti Awale.

Il ajoute qu’au-delà d’observer que les jeunes en subissent lourdement les conséquences et que s’en suivent le délitement du lien social et l’incapacité des autorités à assurer la sécurité publique, « il nous faut discuter de manière profonde et sans complaisance les facteurs déstabilisants, qui sont aussi liés à un jeu politique d’instrumentalisation de notre commun vouloir de vie commune ».

À ce niveau, souligne-t-il, « notre parti ‘’Awale’’ misera toujours sur l’éducation et la connaissance pour prévenir les violences et raffermir les liens qui nous unissent dans les espaces où l’on se réunit pour le partage, la saine compétition et la convivialité ». A l’en croire, la paix sociale, tant vantée dans notre pays, avec des « repères sociohistoriques certains, est mise à rude épreuve par l’incurie ambiante ». Pour lui, il faut prévenir « l’irresponsabilité partagée » mais aussi sanctionner « avant que notre stabilité ne soit menacée et que notre jeune génération ne soit héritière d’un climat sociopolitique tendu ».

Adama Aidara KANTÉ

8 décembre 2021


------------------------------------

Vous pouvez réagir à cet article