EDWY PLENEL : « LA FRANCE EST AUJOURD’HUI LE LABORATOIRE D’UNE IDÉOLOGIE MEURTRIÈRE NOUVELLE »

news-details
ATELIERS DE LA PENSÉE

Dissertant sur « les causes communes de l’égalité », lors d’un panel autour du thème du basculement, organisé à l’occasion de la « Nuit de la pensée », marquant la fin de la 3e édition des Ateliers de la pensée, tenus du 30 octobre au 02 novembre, à Dakar, Edwy Plenel, le président et co-fondateur de Médiapart, en est venu à dessiner un visage « hideux » de la France.

D’abord, le journaliste a indiqué que « l’égalité, c’est apprendre à ne plus dominer, apprendre qu’il n’y a pas de civilisations supérieures à d’autres. Mais, apprendre que nous payons le prix d’avoir cru que nous étions supérieurs. Ce sont des politiques économiques qui ont aussi produit les désastres écologiques, liées à une prévarication aux détriments de la délibération démocratique par des grandes sociétés qui tiennent en grande partie le personnel politique ». Ce, après qu’il a rappelé que « les experts sur les questions climatiques nous donnent maintenant 10 ans, pas plus avant le point de basculement des réchauffements climatiques où la nature se vengera de notre logique prédatrice et dominatrice ».

Le débat ainsi posé, il a entamé sa douloureuse description, en ces termes : « (L’auteur) du massacre antimusulman en Nouvelle-Zélande, (attentat de Christchurch, au moins 49 morts), dans son manifeste dit qu’il est aussi écologique. Il prend le sens de la catastrophe écologique comme une urgence mais celle à se sauver en exterminant les autres. Cet assassin s’est inspiré d’une idéologie française. La France est aujourd’hui le laboratoire d’une idéologie meurtrière nouvelle ». Il en veut pour preuve : « Quand des élites développent une idéologie meurtrière, c’est beaucoup plus dangereux quand cela vient du peuple. Cette idéologie meurtrière a un nom, elle s’appelle le grand remplacement, elle a un propagandiste-publicitaire, qui a média ouvert en France, il s’appelle Eric Zemmour. Et elle a un propagandiste littéraire, écrivain de talent, le talent n’empêche pas l’ignominie idéologie, qui est Michel Houellebecq ».

« La diversion des questions de l’immigration et de l’Islam »

Edwy Plenel de poursuivre : « Il se trouve que le hasard de la vie fait que je vis, je travaille en France, je voudrais dire tout simplement que mon pays me manque, que mon pays se dérobe. J’assiste au spectacle depuis 10 ans, d’un pays où ce n’est pas simplement l’extrême droite mais c’est aussi la droite, les gens qui se disaient de gauche, et épousent cet agenda des haines meurtrières, et des peurs destructrices. Cette question de la désignation de nos compatriotes de cultures, de croyances, d’origines, d’histoires personnelles ou musulmanes, était un poison qui gangrénait l’ensemble du monde politique à quelques exceptions notables près. C’est notre pays qui a fait un ministère de l’Identité nationale, et de l’immigration, issu du gaullisme, confié à un ancien socialiste. C’est notre pays qui a réhabilité la déchéance de nationalité comme arme antiterroriste. Et c’est notre pays qui a, aujourd’hui, un président élu face à l’extrême droite, utilise cyniquement la diversion des questions de l’immigration et de l’Islam au cœur du débat public, pour échapper aux questions sociales et démocratiques que posait le mouvement des Gilets jaunes qui, lui, ne parlait pas des migrants (mais) parlaient des causes communes de l’égalité. Il fait ça de manière cynique au point de faire le lit et le jeu de ceux contre lesquels il a été élu au second tour en 2017 ».

Un discours qui a irrité le nouvel Ambassadeur de la France au Sénégal, Philippe Lalliot. Piqué, il n’a pas pu se retenir pour formuler sa remarque : « Je ne peux pas laisser caricaturer la France comme un pays raciste où les gouvernements se substituent depuis 3 décennies pour le seul objectif d’imposer des thèses xénophobes. Je crois que c’est beaucoup plus grave que ça. Ces mouvements-là, on les observe dans à peu près tous les pays européens. Mais ce qui est rassurant, c’est que dans tous ses pays, il y a des gens de bonnes volontés dont vous êtes, Christiane Taubira est et Rama Yade est, et donc j’espère être aussi, qui peuvent porter ses thèses de bonté dont vous parlez. Peut-être qu’on (n’étale) pas la bonté avec des propos trop excessifs ».

L’arbitrage de Christiane Taubira

Citée, Christiane Taubira, femme politique française, n’a pas occulté la question. « Dans ce que dis Edwy, j’entends la douleur de cette hideur qui fait tapage. En l’écoutant, j’étais en train de penser que nous devons nous battre parce que la France, ce n’est (seulement) les hurleurs, et les déclinistes. Il y a toujours eu en France des courants de pensée xénophobe, raciste et antisémite, antiraciste, anti-arabe, anti tout ce qu’on peut imaginer, notamment des gens malades dans leur tête, qui voient tout en noir et blanc. Pendant la traite négrière, il y avait des personnes qui avaient pignon sur rue, qui expliquaient scientifiquement et très rationnellement qu’il était légitime de mettre des gens en esclavage, avec des arguments très surprenants, c’est-à-dire le devoir des races supérieures vis-à-vis de (celles) inférieures ». Mais, a-t-elle retenu pour s’en féliciter : « En face, il y a eu toujours des personnes qui s’y sont opposées comme les prêtes Capucins, Abbé Grégoire, Victor Schoelcher, (...). Et ça, c’est essentiel ».

Vous pouvez réagir à cet article