ÉLECTIONS LOCALES : TOUJOURS PAS DE CONSENSUS

news-details
POLITIQUE

Pas de consensus. Le désaccord reste entier entre les différentes parties prenantes autour du comité restreint mis en place la semaine dernière au sein de la commission politique du dialogue national, afin de trouver une date pour la tenue des prochaines élections locales. Les acteurs n’ont pas pu harmoniser leurs positions à l’issue de la rencontre tenue hier jeudi, 15 avril.

En l’absence de consensus, le chef de l’État, Macky Sall, devra trancher.
Mais, en attendant, une piste semble se dégager, confie Djibril Gningue, membre de la société civile au journal Le Soleil. "Nous avons suggéré après l’adoption du projet de loi portant report des locales et prorogation du mandat des élus, que le gouvernement, à travers un communiqué officiel, s’engage à organiser les législatives à date échue", a-t-il expliqué.

"L’autre alternative, a-t-il poursuivi, est puisque l’opposition avait exigé l’audit et l’évaluation du processus électoral, que les élections puissent se tenir en 2021, que l’application des conclusions de ces travaux soit différée et n’impacte pas les locales. Cela nous permettrait de dérouler dès à présent le chronogramme".

Seul bémol : Pour le plénipotentiaire des non-alignés, Déthié Faye, il est impossible d’organiser les locales sans prendre en compte les travaux des experts indépendants en charge de la révision du fichier et du processus électoral.

"Nous avons longuement discuté sans trouver de consensus. Les discussions ne sont pas fermées car les représentants de l’opposition ont signifié qu’ils vont rendre compte à leurs leaders et que c’est en fonction de leur appréciation qu’on saura qu’elle suite réserver à ce dossier", a-t-il dit.

Vous pouvez réagir à cet article