ÉLECTRICITÉ : POURQUOI UNE BAISSE N’EST PAS ENVISAGEABLE D’ICI 2022

news-details
ENERGIE

Pas de baisse du coût de l’électricité d’ici trois (3) ans. La précision est faite par le nouveau ministre du pétrole et des Energies et ex Directeur général de la Senelec, Mouhamadou Makhtar Cissé. « Les investissements dans le secteur sont très lourds. L’essentiel de notre parc de production dépend des importations du pétrole dont nous ne maîtrisons pas le coût.

Les coûts sont en train de monter, ce qui est inquiétant pour le prix de l’électricité et du carburant de façon générale parce que jusqu’à présent, c’est l’Etat qui supporte les coûts. D’où des pertes commerciales pour la Société africaine de raffinage (SAR) et la SENELEC, sans compter un coût budgétaire énorme pour l’Etat avec des subventions supportées de l’ordre de 200 millions de F CFA depuis 2016. Que les Sénégalais aient déjà accès à une électricité de qualité. Le défi majeur aujourd’hui, c’est la stabilité du système de fourniture de l’électricité et après le problème du coût pourra être adressé à l’horizon 2022-2023 ».

L’autorité de tutelle réceptionnait, hier jeudi, 23 mai, des turbines éoliennes au Port autonome de Dakar (PAD) pour la construction de la plus grande centrale éolienne en Afrique de l’Ouest, à Taïba Ndiaye. Un projet d’un coût de 200 milliards d’une capacité de production totale de 158 Mégawatts d’électricité. « C’est pour nous une occasion de casser la tyrannie du pétrole dont nous sommes importateurs nets, en attendant d’avoir notre première goutte de pétrole en 2022. »

Vous pouvez réagir à cet article