image

« ELLE DOIT OCCUPER UNE PLACE DE CHOIX DANS LES POLITIQUES ÉDUCATIVES »

image

Le ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation, Cheikh Oumar Anne, a soutenu, ce mardi, que la scolarisation des filles doit occuper une place de choix dans les priorités des politiques éducatives. « La scolarisation des filles qui est devenue une préoccupation nationale, continentale, voire mondiale, face à tous les obstacles et défis à laquelle elle est confrontée, doit occuper une place de choix dans les priorités des politiques éducatives », a-t-il déclaré à l’ouverture d’une réunion de trois jours des experts de l’Union africaine (UA) sur l’évaluation des pertes d’apprentissage en vue de s’engager dans la récupération des filles.

Il a dit que l’éducation doit permettre de former des ressources humaines capables de faire face aux défis économiques, sociaux auxquels sont confrontés les pays africains. Le ministre rappelle que son département a mis sur pied vingt-trois centres de recherches et d’essais (CRE) qui jouent, à travers le pays, un rôle d’interface entre les populations et les chercheurs. Ces derniers contribuent, après, à vulgariser et à assurer l’application des résultats de la recherche et le transfert de technologies innovantes vers des populations cibles. Poursuivant, il a ajouté que cette initiative permet aux femmes et aux jeunes, sans aucune exigence de formation de base, en quête de qualification, de bénéficier gratuitement, et en trois mois, de formations adaptées et d’un encadrement dans des domaines pourvoyeurs d’emplois.

Cheikh Moussa SARR

21 juin 2022


------------------------------------

Vous pouvez réagir à cet article