EN 2018, LA DOUANE A RECOUVRÉ 681,43 MILLIARDS F CFA DE RECETTES BUDGÉTAIRES

news-details
RÉVÉLATION DU DG, OUMAR DIALLO

Face à la presse ce jeudi, 17 janvier 2019, le Directeur général des Douanes, Oumar Diallo, a détaillé les recettes réalisées par ses services pour l’exercice budgétaire de l’année 2018. En plus de se féliciter d’une hausse de 5%, il annonce des mesures nouvelles allant notamment dans le sens de la dématérialisation des opérations.

RECETTES

« Pour cette année 2018, les recettes budgétaires ont été recouvrées à hauteur de 681,43 milliards F CFA. En comparaison, en 2017, ces recettes s’élevaient à 649 milliards F CFA, soit une hausse de 32 milliards F CFA, environ 5% en valeur relative. C’est l’occasion de féliciter les différents agents qui animent les bureaux, les brigades, les subdivisions, les directions... Ils travaillent jour et nuit, sans relâche, pour parvenir à ces résultats. »

REPARTITIONS
« Pour ce qui concerne la répartition géographique des recettes, elle s’établit globalement comme suit : la Direction régionale de Dakar Port, qui est la plus grande du Sénégal, a vu ses services contribuent à hauteur de 461 milliards F CFA. La Direction régionale des produits pétroliers un peu plus de 130 milliards F CFA. La Direction régionale Ouest a contribué à hauteur de 21,6 milliards F CFA. La Direction Centre (Kaolack, Fatick, Kaffrine, Diourbel) suit avec 6,3 milliards F CFA. La Direction Nord (Saint-Louis, Louga Matam) 5,5 milliards F CFA. La région Sud-Est (Tambacounda, Kédougou) arrive avec 2,5 milliards F CFA. La région Sud (Ziguinchor, Kolda), 1,7 milliards F CFA. La Direction des Enquêtes 16 milliards. Il y a également les saisies de marchandises diverses (alimentaire, matériel roulant, drogues, médicaments...) à prendre en compte et qui s’élèvent à 51 milliards F CFA. Mais une partie de ce ses saisies concerne les drogues, les médicaments et autres, qui sont calcinés. »

DÉMATÉRIALISATION
« Les opérations de dédouanement se feront à tous les bureaux, autant à Dakar, qui reste le principal pourvoyeur de recettes, que dans les autres postes frontaliers, pour plusieurs produits (voitures, farine, fruits, matériel pédagogique pour l’éducation, etc.) Il y a juste une restriction pour certains produits comme le riz, le sucre et l’huile végétale pour des raisons de protection du tissu industriel car il y a un risque d’impacter négativement dans les performances des grosses industries qu’il faut préserver. La Douane va mettre les compétences qu’il faut pour répondre aux sollicitations. Certains produits qui étaient dédouanées à Dakar seront désormais dédouanés dans les postes frontaliers. Pour que les opérations se fassent comme à Dakar, il y a une dizaine de bureaux informatisés comme à Karang, Keur Ayib, Ziguinchor, Rosso... »

PROJECTIONS
« Notre ambition est d’informatiser tous les bureaux de Douane, afin de permettre aux citoyens de procéder aux opérations de dédouanement dans les différents bureaux à Dakar comme dans les autres principaux postes frontaliers. Je reste persuadé que nous pouvons faire de meilleurs résultats encore, battre des records, dans l’intérêt des populations, dans le respect des orientations de l’Etat. Je suis persuadé qu’avec plus d’engagement, de moyens à la disposition des agents... »

FORMATION
« La dématérialisation des opérations douanières se fera pour faciliter la tâche aux usagers. Nous voulons aller dans le sens d’une Douane de proximité. La Direction informatique, en charge de ce dossier est déjà sur le terrain, pour rencontrer les usagers, les agents, les transitaires etc. Il y a naturellement des offerts de formation, pour le reste, il s’agit de suivi... Il y aura toujours des gens réfractaires à l’utilisation de l’outil informatique, mais nous sommes convaincus d’être sur le bon chemin. Nous avons pris les devants, nos services continueront à accompagner les usagers. »

Vous pouvez réagir à cet article