ENQUÊTE CONTRE LE PRÉSIDENT INFANTINO : LA FIFA ’PREND ACTE"

news-details
Suisse

La FIFA prend acte de la décision du procureur extraordinaire de la Confédération helvétique d’ouvrir une enquête à l’encontre du Président de la FIFA, Gianni Infantino, et du procureur général de la Confédération, Michael Lauber, concernant diverses rencontres. La FIFA et son Président se tiendront à la disposition des autorités suisses et coopéreront pleinement avec elles dans le cadre de l’enquête, comme cela a toujours été le cas jusqu’à présent.

"La situation dans laquelle se trouvait l’institution en 2015 est encore dans toutes les mémoires et nul ne peut oublier l’intervention judiciaire importante qui a été nécessaire pour restaurer la crédibilité de l’organisation", a déclaré le Président de la FIFA plus tôt dans la journée. "Depuis que je suis Président de la FIFA, j’ai toujours cherché à aider les autorités dans les enquêtes portant sur des actes répréhensibles commis par le passé au sein de la FIFA et je continuerai à le faire. Des officiels de la FIFA ont par ailleurs rencontré des procureurs d’autres juridictions partout dans le monde précisément à cette fin. Bon nombre d’individus ont depuis été reconnus coupables, notamment grâce à la coopération de la FIFA. Aux États-Unis, ce soutien a conduit à plus de 40 condamnations. Comme l’ensemble de la FIFA, je continuerai donc de soutenir le processus judiciaire et de coopérer avec les autorités suisses."

La FIFA rappelle par ailleurs la déclaration de Gianni Infantino datant du jeudi 25 juin dernier : "Rencontrer le procureur général de la Confédération est absolument légitime et légal. Cela ne viole aucune règle. Au contraire, cela s’inscrit dans la droite ligne de mes obligations fiduciaires en qualité de Président de la FIFA."

Au moment de la première élection de Gianni Infantino au poste de Président, il y a quatre ans, la FIFA était impliquée en qualité de victime dans plus de 20 procédures, uniquement en Suisse.

"À l’époque, les questions étaient nombreuses", avait indiqué le Président de la FIFA lors de la conférence de presse du Conseil. "Il était donc normal que je soutienne le procureur général dans la clarification des événements dont il était question. J’espérais ainsi contribuer à la condamnation de tous ceux qui ont commis des actes répréhensibles et terni l’image de la FIFA."

Vous pouvez réagir à cet article