ENQUÊTE SUR L’AFFAIRE ADJI SARR / SONKO : LES RÉVÉLATIONS DU CAPITAINE TOURÉ

news-details
JUSTICE

Adji Sarr serait âgée de 17 ans. La révélation est faite par le capitaine Oumar Touré, qui était en charge de l’enquête opposant la jeune masseuse à Ousmane Sonko, pour accusations de viols répétés et menaces de mort. "Au cours de l’audition d’Adji Sarr, elle m’a dit : ’’tonton, est-ce que je n’aurai pas de problèmes dans cette affaire ? Je ne veux pas que ma patronne qui est à l’hôpital Fan soit au courant. Je lui demande sa pièce d’identité, elle me dit que celle-ci est fausse, car elle y a 20 ans, alors que son âge réel est de 17 ans", indique l’enquêteur, avant d’assurer que "les prélèvements effectués sur Adji Sarr ne sont pas crédibles."

Par ailleurs, le capitaine Touré a accusé le procureur de la République de leur (son supérieur et lui) avoir "mis la pression" à tel point qu’ils ne pouvaient pas terminer les PV. « Il y a des choses qu’on a omises. Dans cette affaire, la Gendarmerie est restée debout. »

Le capitaine Touré dont l’arrestation serait imminente pour abandon de poste, persiste et signe : "Quand l’État ne respecte pas les obligations envers moi, je pense que je ne suis pas tenu de respecter les miens. C’est dans cette affaire que des gens me suivent et me contrôlent. Durant les deux ans que je suis à la Section de recherches (SR), j’ai rédigé ou corrigé plus de 1500 procès-verbaux (PV). Malheureusement, c’est dans cette affaire, la plus simple que ma crédibilité a été remise en cause", a-t-il chargé, dans des propos repris par le quotidien Tribune.

Puis, il a souligné que depuis la publication de sa démission sur sa page facebook, des autorités de la gendarmerie avec qui, dit-il, il entretient de "bonnes relations", l’ont appelé pour lui proposer de dire que sa page était piratée.

"J’ai dit niet ! À un moment, je me dis que c’est mon honneur qui est en jeu. Le lundi dernier, on m’a informé qu’un docteur était venu dans mon bureau pour constater que je suis dans un état de démence. Autrement dit, que je suis devenu fou. Tout ça, c’est remettre en cause l’intégrité de la Gendarmerie", a-t-il déclaré.

Selon lui, tout émane de la vidéo qu’il a partagée. À ce propos, a-t-il précisé : "Les Sénégalais aiment la diversion. Il fallait la créer pour que l’opposant (Ousmane Sonko) qui est à l’origine des manifestations soit libéré. Quand j’ai posté la vidéo, des micros étaient derrière moi. J’ai fait croire à tout le monde que je suis à Touba alors que je suis dans les locaux de la (SR)."

L’objectif, selon lui, était de brouiller les pistes.

Vous pouvez réagir à cet article