ENTERREMENT D’ANIMAL, SÉANCES D’EXORCISME... RÉVÉLATIONS SUR LES PRATIQUES MYSTIQUES DE JAMMEH

news-details
COMMISSION VÉRITÉ ET RÉCONCILIATION

La Commission vérité, réconciliation et réparations a entamé, depuis ce lundi et pendant un mois, ses auditions sur l’affaire dite de « La chasse aux sorcières » menée en 2009 par l’ancien président gambien Yahya Jammeh. Un épisode de son règne révélateur de son vrai personnage qui a plutôt une propension aux sciences occultes. Contrastant avec l’image qu’il dégageait en public avec un accoutrement invariable : le coran, la canne, le chapelet et les boubous blancs.

Est bien malin celui qui cerne le vrai visage de Yahya Jammeh. En 22 ans de règne difficile de dire quelle image ses compatriotes retiennent de lui.
Personnalité fantasque et énigmatique, c’est en 1996 qu’il décida de troquer tenue militaire contre boubous blancs bien amidonnés qu’il n’abandonnera jamais. Cet accoutrement est quasi invariable. En public, il ne se départit jamais de sa canne, coiffée de chapelet et d’un exemplaire du coran. Mais, l’habit ne fait le moine, dit-on. Les traits les plus contradictoires habitent en lui. Mais, le vrai Jammeh est plutôt superstitieux, pétri de sciences les plus occultes si on se fie aux témoignages. Ses intimes qui ont été entendus devant la Commission de réconciliation décrivent un personnage sous les ordres de diseurs de bonne aventure.


Enterré un mouton vivant

C’est le cas de cette anecdote, en 1995, relatée par Edward Singhateh, son ex-numéro 2 devant la Commission de réconciliation. A l’en croire, le jeune putschiste Jammeh n’a pas rechigné à s’acquitter d’un sacrifice lugubre pour se débarrasser de ses camarades putschistes. Sur recommandation de ses marabouts, il avait eu l’outrecuidance d’enterrer un mouton vivant pour conjurer le mauvais sort. Le lendemain, Sanna Sabally et Sadibou Hydara sont embastillés.

Remède contre le sida

En 2007, il s’autoproclame guérisseur de plusieurs pathologies dont le sida. Des centaines de personnes séropositives sont rassemblées pour subir des traitements dont il le seul à détenir les secrets. Il s’autoproclame guérisseur de plusieurs maladies honteuses. Mais de ces patients, beaucoup sont plutôt morts des maladies contractées lors des séances de catharsis

Allégeance

Pis encore, celui qui a déclaré son pays République islamique à la fin de son règne pour s’attirer les bonnes grâces des pays du monde arabe a procédé à une expédition punitive contre des gens de sa communauté pour des faits de sorcellerie. Lui seul, trouve la panacée : des guérisseurs traditionnels sont dépêchés de la Guinée Conakry pour exorciser ces villageois coupables d’avoir causé la mort de sa tante. Pauvres "sorciers" !

Selon les officiers de la Police gambienne qui témoignent depuis ce lundi devant la Commission, l’ex-dictateur en fera une pierre deux coups : les policiers du quartier général étaient invités à prêter allégeance sur l’autel de sacrifice d’un coq. Les autres supposés sorciers sont embarqués pour boire une décoction hallucinogène censée les exorciser.

Vous pouvez réagir à cet article