[ENTRETIEN EXCLUSIF] : LE "PÈRE" DU CAPITAINE OUMAR TOURÉ PARLE : « MON FILS A ÉTÉ ATTEINT MYSTIQUEMENT »

news-details
AFFAIRE ADJI SARR/SONKO

Il demande juste à ce que son fils rentre à la maison. Massiré Touré, maire de la commune de Bagadadji, dans le département de Kolda, est le père adoptif du gendarme Oumar Touré, démissionnaire de la gendarmerie nationale, depuis quelques jours. Au bout du fil, Massiré Touré s’est isolé pour se confier sur cette "situation qui le dépasse". Dans un flot intarissable de détresse, il estime que son fils souffre de troubles psychiques et n’est plus le même depuis sa démission, qui a fait grand bruit. Et lui lance un cri du coeur pour qu’il rejoigne les rangs.

Enquêteur dans l’affaire Adji Sarr/ Ousmane Sonko, l’Officier de police judiciaire Oumar Touré, a expliqué dans une déclaration publique que ses principes ont été bafoués, pour justifier sa lettre de démission rendue publique il y a quelques jours. Dans cette même déclaration, il disait craindre, aussi, pour sa sécurité et celle de sa famille, tout en réclamant la démission d’autorités telles que le Procureur de la République, Serigne Bassirou Guèye et le ministre de l’Intérieur, Antoine Félix Diome.

Entretien.


Présentez-vous

Je m’appelle Massiré Touré, je suis maire de la commune de Bagadadji et le père adoptif du gendarme Oumar Touré.

Quels sont vos liens avec le gendarme Oumar Touré ?

Je suis le grand-frère de son père. C’est moi qui l’ai éduqué. Il est sous mon aile. Il a fait tout son cursus scolaire chez moi, à Kolda, de l’élémentaire à l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar. C’était un gosse que j’ai connu très sérieux, très sage. Il est tellement timide qu’il n’ose même pas lever les yeux. Il est toujours calme et serein.

Aujourd’hui, en le voyant avoir un tel comportement, je suis dépassé. Je sais qu’il ne jouit pas de toutes ses facultés mentales. Depuis une semaine, nous sommes à sa recherche pour le récupérer et le soigner. Je sais qu’il est malade. Nous, notre éducation, ne nous permet pas de défier ou de manquer de respect à notre supérieur surtout à une République. En plus, il a failli à sa mission. Cela n’est pas noble. Je sais qu’il n’est pas normal. Il a des problèmes mentaux.

Qu’est-ce qui vous permet de dire que votre fils a des troubles psychiques ? Avez-vous des éléments de preuve pour le justifier ?

Je dis qu’il est malade parce que, s’il était normal, il ne se lèverait pas un beau jour pour faire des révélations pareilles. Il est malade. J’en suis sûr et certain. Soit, il est atteint mystiquement soit il est malade. Je ne le reconnais plus. C’est moi qui l’ai élevé et il n’a jamais eu de tels comportements. Depuis que j’ai appris l’affaire, j’ai eu honte de sortir. J’ai cherché à le joindre afin de l’emmener chez moi et le soigner.

Est-ce que dans le passé, il a eu des antécédents de troubles mentaux ?

Il n’a jamais eu ce genre problème. C’est quelqu’un qui était très lucide. Il était timide. Il ne parlait même pas. Je ne le dis pas parce que c’est mon enfant mais c’est quelqu’un de très sérieux. J’ai été surpris d’entendre ce qu’il est en train de faire.

Donc, qu’est-ce qui vous fait croire qu’il ne jouit plus de toutes ses facultés mentales ?

On est en Afrique. Il peut être atteint mystiquement. Il n’a plus le comportement d’une personne normale. Il dit n’importe quoi. Cela veut dire qu’il n’est plus normal. En plus, il était un militaire qui est lié par le droit de réserve. S’il fait de telles révélations, c’est parce qu’il n’est plus normal.
Il peut dire des choses alors qu’il est complètement fou.

Est-ce que vous lui avez parlez depuis le début de cette affaire ?

Il m’a appelé mais notre discussion n’a même pas duré trois secondes. Il m’a juste dit qu’il se portait bien. Je lui demandé d’arrêter ses déclarations et que ce qu’il faisait ne l’honorait pas. Parce que c’est très grave. Aussitôt après mes propos, il a raccroché. Depuis lors, on ne s’est plus reparlé. Je n’arrive plus à le joindre. J’ai essayé de le joindre via WhatsApp. En vain.

Qu’est-ce qu’il vous a dit d’autre, au cours de cette brève discussion
 ?

Il m’a simplement dit : "Papa, je vais bien. Ne t’inquiète pas". Et il a coupé. Ce qu’on veut aujourd’hui, c’est le récupérer et le traiter. Son père m’a appelé pour qu’on aille le chercher à Touba. Je lui ai dit que rien ne nous disait qu’il était là-bas. Qu’on essaie de le localiser, d’abord, avant d’aller le chercher. Mais, nous constatons que chaque jour, il fait des révélations plus graves que nous ne le cautionnons pas.

À quand remonte la dernière fois que vous avez tenté de le joindre ?

J’ai cherché à le joindre le jour où il a annoncé sa démission. Je n’ai pas pu. Cela fait trois jours que je cherche à le joindre sans succès.


En dehors de vous, est-ce qu’il y a un membre de la famille avec qui il a eu un contact récent ?

Il a coupé tout contact avec la famille. Il ne communique même plus avec sa femme. Elle même ne sait pas où il est.

Vous avez dit tantôt que vous êtes maire de la commune de Bagadadji. Cela suppose que vous avez un engagement politique. Vous êtes maire de quelle parti ?

Je suis membre de l’Alliance pour la République (Apr), le parti au pouvoir.

Est-ce qu’on ne serait pas tenté de croire que vous dites tout cela pour soutenir votre camp ?

Ça n’en rien à voir. C’est une question familiale. Je ne suis influencé par aucune volonté partisane. Je suis juste un père qui s’inquiète pour son fils.

Vous pouvez réagir à cet article