ET DE DEUX POUR MACKY !

news-details
PRÉSIDENTIELLE 2019

Fin du suspense et du doute. La proclamation jeudi des résultats provisoires fait de Macky Sall, le vainqueur de l ‘élection présidentielle du 24 février dernier. Le président sortant, candidat à sa propre succession, a obtenu 58, 27 % des suffrages exprimés selon le juge Demba Kandji, Président de la Commission de Recensement des votes.

Il devance son principal challenger, l’ancien Premier ministre Idrissa Seck, arrivé second avec 20,50 % du total du décompte des voix

L’issue du scrutin quoique émaillée d’incertitudes dues à une « petite guerre des chiffres » laissait deviner la suite avec la remontée des procès-verbaux provenant des différents départements du pays. Même si elle a mis du temps à se dessiner, la victoire de Macky Sall est plus que nette. Elle est même décisive.

Ainsi, elle lui ouvre un second mandat de cinq ans obtenu au prix d’un engagement pour un Sénégal en pleine transformation marquée par l’élaboration d’un Plan émergent (PSE) puissamment soutenu par des partenaires au développement avec une adhésion conséquente des forces vives du pays. Lequel évolue à vue d’œil. En témoignent, depuis sept ans, la réalisation de grands travaux, l’érection d’une ville nouvelle à Diamniadio dotée d’infrastructures de pointe et l’amélioration substantielle des transports par une fluidité de la circulation.

Le pays profond n’est pas en reste avec la construction de pistes, de routes et de ponts reliant les zones de production aux zones d’écoulement favorisant un accroissement de revenus et améliorant l’ordinaire si ce n’est le bien-être des populations sénégalaises. En outre, il a injecté de l’argent à travers des bourses de sécurité familiale qui ont soulagé bien des familles dans le dénuement mais aussi dans le besoin.

Par un subtil resserrement budgétaire, le régime de Macky Sall est parvenu à dégager des crédits affectés à des projets sociaux dans le but de réduire le spectre de pauvreté qui inflige des outrages aux plus démunis de nos compatriotes.

Combinant efficience et efficacité, le gouvernement, sous l’impulsion du Président Macky, a su insuffler une dose d’ingéniosité pour aérer les opportunités d’emplois en faveur des jeunes et les possibilités d’expansion des activités dédiées aux femmes, deux des franges les plus vulnérables de la société.

De nombreuses initiatives, mises à son actif au cours du précédent mandat, ont débouché sur une relance des efforts de développement : agriculture avec des équipements agricoles et des semences certifiées susceptibles de donner du secteur une nouvelle envergure avec la hausse de production des céréales spéculatives (riz et arachides, entre autres), industrie (transformation des matières premières et plus-value sociale avec un relèvement du niveau de compétitivité des entreprises pour faire face à la concurrence).

Il en résulte une distribution du pouvoir d’achat et un effet de désendettement de l’Etat qui se traduit par un doublement de la commande publique auprès des entreprises nationales.

Dopée par des investissements massifs, l’économie sénégalaise enregistre des performances appréciées par les partenaires techniques et financiers, à l’image de l’Union européenne et le Banque mondiale. Le camp présidentiel savoure le triomphe de son candidat réélu qui doit désormais s’attaquer aux urgences. La première de celles-ci tient à un rapide retour au calme et à l’équilibre.

Vous pouvez réagir à cet article