ET SI FELWINE NOUS ÉTAIT CONTÉ...

news-details
CULTURE

Invité du Jury du dimanche sur les différents supports du groupe EMEDIA (iTV, iRadio et Emedia.sn), ce dimanche à partir de 11 heures GMT, mais également invité de "Par... Cours", pour une deuxième interview - découverte à déguster sur Emedia.sn, le lendemain, lundi, à 7heures GMT, Felwine - littéralement celui qui plait aux gens, en Sérère, son ethnie -, est l’un des intellectuels les plus influents en Afrique et ailleurs.
Ses positions mais surtout ses travaux sur l’économie, la recherche ou la culture sont épiés par les décideurs, les scientifiques et les médias. Professeur agrégé en économie à l’Université Gaston Berger de Saint-Louis, Felwine Sarr est coauteur avec l’historienne française Bénédicte Savoy, du rapport intitulé « Restituer le patrimoine culturel africain : vers une nouvelle éthique relationnelle ».

« La restitution, dit-il, va dans le sens de l’histoire ». Un rapport commandité par le président français Emmanuel Macron et qui fait état de 90 000 œuvres historiques et culturelles africaines présentes dans des musées étrangers, notamment occidentaux et plus particulièrement encore français. La traite négrière, la colonisation et la guerre sont sans doute passées par là.
Macron a-t-il pu influencer les deux chercheurs ? Felwine Sarr rejette d’emblée un quelconque "geste du prince" dans « la restitution des œuvres africaines ».

L’universitaire est aussi un universaliste de la pensée. La preuve par les « Ateliers » éponymes qu’il a accueillis récemment, à Dakar, avec la participation d’intellectuels de renommée mondiale.

Philosophe, écrivain et auteur de l’ouvrage à succès, Afrotopia, Felwine Sarr a plusieurs cordes à son arc, ou plutôt à sa guitare, car le professeur d’Économie est, à ses heures perdues, un brillant musicien. Cela vous étonnera sûrement, qu’il est à la fois instrumentiste (joueur de guitare) et chanteur mais également maitre et ceinture noire de karaté et... - ouf - ancien athlète en devenir.

C’est donc pour faire le tour avec ce véritable touche à tout que nous en faisons notre double invité, pour parler d’histoire, d’économie, d’art, de musique, de politique, de justice, d’éducation, de médias, de sport, de personnages, de représentations, d’hommes et de femmes, de El Hadji Oumar Tall, de Senghor, de Cheikh Anta Diop, de Césaire, de Boris et Bachir, de Fatou Diome, de Sadio Mané, d’Aline Sitoë Diatta, de Iba Der Thiam... de Seydina Fall Bougazelli, de CFA, de faux-billets, de lui, de sa famille, de passé, de présent et de futur, d’ici et d’ailleurs...

Vous pouvez réagir à cet article