FACE AU COMITÉ FORCE COVID-19, ME OUMAR YOUM REND COMPTE DE SA GESTION

news-details
PLAN DE RÉSILIENCE

Me Oumar Oumar, ministre des Transports terrestres, a fait face à la délégation du Comité Force Covid-19, conduit par le Général François Ndiaye, pour faire le point sur la répartition des 8 milliards 410 millions F CFA, l’enveloppe allouée au secteur dans le cadre du plan de résilience contre les effets de la pandémie.

Une rencontre, qui s’est tenue hier, à Diamniadio, au cours de laquelle la tutelle a annoncé la mobilisation des fonds et leur distribution à concurrence de plus de 86%.

"C’est-à-dire, a-t-il admis qu’il y a eu 14% à tenir en compte. Qui sont justifiés par l’absence du travail au niveau des régions qui n’est pas encore complet, et de certains gouverneurs qui doivent nous accompagner dans la finalisation de ces opérations pour permettre à ces acteurs de recevoir les sommes qui leur sont dues."

Le ministre de poursuivre : "Nous avons vraiment des problèmes d’identification des acteurs du transport sur le segment de l’interurbain. Nous sommes en train de travailler avec les directeurs régionaux sous la supervision des gouverneurs pour pouvoir les identifier. Ce qui semble être fait à plus de 100%. Aujourd’hui, presque tous les comités régionaux ont procédé à l’identification des opérateurs. Il reste maintenant à établir les critères pour déterminer les montants pour chaque opérateur. Parce que chaque opérateur a un parc et les parcs, en termes d’ampleur et d’importance, sont différents. Donc ça aussi, c’est un travail qui doit être fait pour qu’à partir de la semaine prochaine que les paiements soient effectués pour les opérateurs interurbains."

Pour ce faire, il faudra trouver des solutions à ces blocages, a-t-il relevé : "il reste deux autres problèmes, c’est les mototaxis qu’on appelle Jakarta, qui ont des problèmes d’identification, de représentativité parce qu’ils ont plusieurs organisations qui parlent pour eux. Donc, il faut les mettre ensemble pour travailler. 3e difficulté, c’est les taxi-urbains. Même problème, absence de solution pour l’instant du fait de la désorganisation accentuée par la pluralité des acteurs."

D’ailleurs, les comités régionaux sont actionnés dans ce sens pour trouver des solutions.

Vous pouvez réagir à cet article