FALLOU BÂ, VAINQUEUR DU TROPHÉE DE LA "MEILLEURE RECHERCHE"

news-details
PROTECTION DES ENFANTS TALIBÉS

Fallou Bâ, Docteur en sciences de l’information et de la communication, remporte le trophée de la meilleure recherche sur la protection du droit de l’enfant en 2019. Le vainqueur a reçu son prix à l’occasion des 39èmes Assises nationales du Carrefour national de l’Action éducative en milieu ouvert (CNAEMO), tenues sous le thème général : « Pour une protection universelle et inconditionnelle de l’enfant ».

Le travail de thèse du lauréat a porté sur « La non protection de l’enfant : Un mal africain ? La mendicité des enfants talibés au Sénégal sur fond de confiage à des marabouts »

Présentant quelques esquisses de sa thèse, Fallou BA souligne, repris par Sud Quotidien qu’à force « d’être désignées sous forme de périphrases comme des enfants de la rue, enfants victimes, ces formes de maltraitance finissent par devenir banalisées, et perdent, du coup, leur gravité empirique et l’impact émotionnel de leur intensivité. » Devant l’Assemblée, il a cité les enfants travaillants sur les mines d’or, au Burkina Faso. Des enfants, dit-il, qui se laissent attirer par le mirage de l’or dans ces espaces de non droits. Non sans mentionner le phénomène des ’’videmégons’’ au Bénin, faisant référence aux enfants placés qui finissent par devenir des revendeurs ambulants sur les marchés de Cotonou.

En Côte d’Ivoire, il a fait état d’enfants-microbes qui ont un mode opératoire similaire aux gangs : « Munis d’armes blanches (machettes, couteaux, etc.), ils agressent, tuent, pillent. Quid du phénomène des enfants abandonnés au Niger, enfants sorciers au Togo ou talibés au Sénégal ? Il pointe du doigt le système de confiage – phénomène culturel, notamment du rôle central du parent biologique avec comme déterminant l’économie, ayant comme conséquence majeure, l’exploitation.

Vous pouvez réagir à cet article