FATOU BLONDIN DIOP : « DIARY SOW N’A PAS ÉTÉ BIEN PRÉPARÉE À AFFRONTER LA VIE »

news-details
JURY DU DIMANCHE

La disparition de Diary Sow avait, pendant des semaines, tenu les sénégalais en haleine. Cette histoire a été éclipsée par l’affaire de viols et de menaces de mort opposant Ousmane Sonko, leader du parti Pastef Les Patriotes à une jeune masseuse répondant au nom de Adji Sarr.

Devant le Jury du dimanche, Ndèye Fatou Ndiaye Blondin Diop est revenue sur l’histoire malheureuse, à Paris, de celle qui, deux années successives, a été consacrée meilleure élève du Sénégal.

Pour elle, l’ancienne pensionnaire du Lycée scientifique de Diourbel n’a pas été bien préparée pour affronter la vie à l’étranger. « C’est vrai que les grandes écoles sont difficiles et Diary Sow a été très peu préparée. Une fille sénégalaise qui a fait l’école sénégalaise connaît les grèves, connait le retour en famille. En plus, elle a été surmédiatisée au Sénégal. Il fallait gérer tout cela. La parachuter directement en France après l’obtention du Bac sans préparation est difficile. De la surmédiatisation jusqu’à une vie d’ermite pour réussir, il n’y avait pas de préparation », a regretté la coordonnatrice de la plateforme « Avenir Sénégal Bi Niou Beug ». Elle estime, tout de même que Diary Sow, peut se relever de cette mésaventure. Donc, elle ne devrait pas perdre d’espoir.

« Perdre une année, ce n’est pas grave. On rebondit. Si on n’a pas réussi par les concours, il y a d’autres formes pour arriver à faire sa vie, Il faut se relever. Les combats forgent la personnalité. Les échecs nous permettent de devenir meilleur et de comprendre, une fois qu’on ce cherche, quelle est sa valeur et d’en faire bon usage. Et il vaut mieux subir cela quand on est jeune que plus tard. Donc, ce qui lui arrive, ce n’est qu’un petit écueil sur un chemin où elle peut rebondir, revenir et comprendre les conséquences de la médiatisation et comprendre les conséquences de ces grandes écoles et faire le bon choix », conseille-t-elle.

Mieux, elle ajoute qu’elle aurait bien aimé que Diary Sow reprenne ses études au Sénégal parce que, justifie-t-elle : « Quand on a grandi ici et qu’on a le Bac à 17 ans, ce n’est pas très judicieux d’aller vivre seule une vie complètement différente ».

Vous pouvez réagir à cet article