FATOU SOW SARR : « NOUS AVONS REPORTÉ NOTRE MANIFESTATION POUR SAUVER LA PATRIE »

news-details
JURY DU DIMANCHE

Plusieurs manifestations ont été reportées pour éviter la propagation du Coronavirus après que quatre cas ont été confirmés au Sénégal. La rencontre que devait organiser Fatou Sow Sarr et ses camarades pour célébrer le « Talatay Nder » en fait partie.

Invitée de l’émission Jury du dimanche sur Iradio (90.3), la directrice de l’Institut du Genre et de la Famille explique les raisons de ce report.

« On est dans le bicentenaire. Donc, durant toute l’année nous pouvons célébrer Nder. Donc, reporter de quelques jours ou de quelques semaines n’est pas très grave. Je crois que le civisme et le patriotisme sont les choses les plus importantes. Donc, ce n’est que partie remise. Ce n’est pas une catastrophe et nous allons reprendre dès que le chef de l’Etat donnera son feu vert », a-t-elle expliqué.

Revenant sur le Coronavirus, elle a salué le travail abattu par les médecins Sénégalais pour guérir le premier cas qui a été détecté au Sénégal. Ces derniers, se réjouit-il, ont été à la hauteur face à cette maladie.

Cependant, pour elle, le plus important, c’est d’engager un travail de sensibilisation lié sur les risques, de renforcer l’hygiène, la santé des populations. « Pour le moment, il n’y a pas lieu de paniquer mais il faut avoir une attitude responsable », conseille-t-elle tout en reconnaissant que la société sénégalaise a les ressorts qu’il faut pour faire face à cette épidémie.

S’agissant des cérémonies religieuses qui sont maintenues malgré les risques de propagation de cette maladie, Fatou Sow Sarr dit comprendre les religieux. « Pour eux, ils ont invoqué, Dieu, ils ont fait des prières et sont convaincus qu’ils sont protégés », relève-t-elle.

D’après elle, il appartient au président de la République d’aller vers cers autorités religieuses pour les convaincre à s’adapter à la situation. « Ce n’est pas par des injonctions qu’une autorité religieuse va se plier. Je suggère au gouvernement d’aller vers eux », préconise Fatou Sow Sarr.

Vous pouvez réagir à cet article