FERMETURE DES FRONTIERES : UMARO SISOCO EMBALO S’EN PREND À ALPHA CONDÉ

news-details
Sous-région

Le président Bissau guinéen, Umaro Sissoco Embaló, s’en prend à son homologue guinéen, Alpha Condé. Il a saisi la tribune du sommet de la CEDEAO pour lancer ses piques. "Je regarde ici mais personne ne comprend. Parce qu’il n’y a pas de guerre entre le Sénégal et la Guinée (Conakry). Du fait de l’esprit d’amitié au sein de la CEDEAO, nous devons dire la vérité au président Alpha (Condé). Il n’avait pas le droit de fermer les frontières avec le Sénégal, la Guinée Bissau et la Sierre Leone. Je n’enverrai jamais des ministres pour signer ces types d’accords", a-t-il attaqué.
Mais, il ne poursuivra pas ses propos, coupé net par le président en exercice de la CEDEAO et président Ghanéen, Nana Akufo Addo. Ce dernier ne veut sans doute pas interrompre les discussions entamées pour trouver une solution à la situation.

D’après des assurances données dernièrement par le ministre du Commerce, Aminata Assome Diatta, la diplomatie est à pied d’œuvre. "Il y a beaucoup de discussions en cours. C’est le ministère des Affaires étrangères qui s’en occupe. Ce que je peux vous dire, c’est que le président de la République est très sensible à la situation que vivent les populations de la région de Kolda, particulièrement de Diaobé et de Kalifourou. Toutes les dispositions sont prises pour qu’on parvienne à une résolution de ce problème. Mais, il faudrait comprendre encore une fois que c’est une question qui ne dépend pas seulement du Sénégal. Donc, la diplomatie est à pied d’œuvre", avait-elle indiqué, le 10 juin dernier, s’exprimant dans le cadre de sa tournée pour l’installation de Conseils de commercialisation des produits agricoles pour éviter les pertes post récoltes.

Fin septembre 2020, Alpha Condé, évoquant des raisons sécuritaires à l’approche de l’élection présidentielle du 18 octobre dernier, avait procédé unilatéralement à la fermeture des frontières.

Vous pouvez réagir à cet article