[AVIS D’EXPERT] : « LA GARDE PRÉSIDENTIELLE AURAIT DU OPÉRER À LA RECONNAISSANCE DE L’ITINÉRAIRE »

news-details
INCENDIE À LA LIMOUSINE PRÉSIDENTIELLE

L’image a fait le tour du monde. La limousine du président de la République Macky Sall a pris feu, ce mercredi, à Nguiéniène, lors des obsèques du défunt secrétaire général du Parti socialiste, Ousmane Tanor Dieng.

Selon l’expert en transport terrestre et en sécurité routière, la thèse du dos d’âne évoqué comme étant à l’origine de cet incident pourrait être plausible. Joint au téléphone par Iradio, il précise, d’abord, chaque véhicule sorti d’usine à une destination. « Est-ce que ce véhicule a été destiné de rouler sur cet itinéraire où il y avait des obstacles notamment des dos d’âne », s’est interrogé l’expert qui a passé 20 ans au parc automobile de la présidence de la République sous Léopold Sédar Senghor. « Ces véhicules, qui sont généralement haut de gamme, ont une garde au sol très basse pour des raisons de sécurité. Ce qu’il faut retenir c’est que protocole et sécurité présidentielle ne riment pas avec routine », a-t-il indiqué. Poursuivant, il estime que des précautions devraient être prises avant de rallier sur Nguiéniène.

A son avis, la reconnaissance du véhicule devait être faite au préalable. « Est-ce qu’avant d’aller à Nguéniène, on a fait la reconnaissance du véhicule. C’est qu’il fallait faire. C’est une opération nécessaire et obligatoire. La sécurité présidentielle devait prendre le même véhicule avec le garde du corps pour faire l’itinéraire de A à Z. Ce, pour savoir où est ce que le véhicule va garer une fois à Nguiéniène », précise-t-il.

De même, il rappelle qu’en matière de véhicule Mercedes, les normes européennes, américaines et africaines ne sont pas les mêmes. « Aujourd’hui, vous prenez ce même véhicule, vous l’amenez aux Etats-Unis, arrivé, il ne descendra pas parce qu’il ne répondra pas aux normes américaines », explique-t-il.

Poursuivant, il renseigne que les Mercedes ont, certes, une fragilité de carte mais, cela dépend des normes. « J’ai une Mercedes mais elle a une plaque en taule indéformable qui protège le carter parce que c’est un véhicule qui était destiné en Afrique. Mais si ce n’est pas un véhicule destiné en Afrique, il y a une matière plastique de forme. Donc, cette matière-là n’est pas résistante. L’huile a une certaine température pour atteindre le point de ce qu’on appelle l’auto-inflammation. Donc, l’huile qui fuit, qui touche l’échappement notamment les parties très chaudes c’est-à-dire les catalyseurs et consorts peut prendre de façon autonome feu », explique-t-il.

Toutefois, pense Ibrahima Ndongo, les conducteurs doivent aussi subir des stages de formation pour connaitre les normes techniques des véhicules.

Vous pouvez réagir à cet article