FINANCEMENT CONTRE LA COVID 19 : LES PRÉCISIONS DE DIOUF SARR SUR LES FONDS COLLECTÉS

news-details
MESURES D’URGENCE

Le ministre de la Santé et de l’Action sociale a apporté des précisions sur fonds collectés dans le cadre de la lutte contre le Coronavirus. D’emblée, il expliqué qu’avant l’apparition de la maladie au Sénégal, un plan de riposte, estimé à 1,4 milliard de francs CFA a été mis en place. Et, quand le premier positif a été enregistré aux environs du mois de mars, l’option a été changée. Il fallait changer de stratégie. C’est ainsi qu’un plan dénommé « Contingence » a été peaufiné. Ce dernier plan est évalué entre 63 à 64 milliards de francs CFA. Et, rassure le ministre, ces montants ont été mobilisés par le Sénégal et ses partenaires. « Quand la solidarité nationale pour participer à la lutte contre la Covid 19 a été déclenchée, on a ouvert un autre compte différent de celui qui se trouve au Trésor. Ce compte est dénommé ’’Dons Covid 19’’ », a expliqué le ministre de la Santé et de l’Action sociale.

Indiquant que la transparence sera de rigueur dans la collecte des fonds, Abdoulaye Diouf renseigne qu’un point sera fait sur la situation financière pour évaluer les montants qui ont été versés au niveau de son ministère. Et, signale-t-il, tout l’argent collecté dans le cadre de cette lutte, sera reversé au ministère des Finances et du Budget. « Ce sont des deniers publics qui requièrent de la transparence et l’unicité dans la gestion. Le ministère de la Santé collecte les fonds et les dépose au ministère des Finances et du budget. Nous exprimons, dans le cadre de cette lutte, nos besoins », a renseigné le ministre.

Auparavant, le ministre a révélé que le Sénégal a fait une commande d’appareils respiratoires pour la prise en charge des cas graves, au cas où le Sénégal en enregistrerait. « Une commande de plus de 3 milliards a été lancée pour mettre en place tout ce dispositif. Dans tous les hôpitaux, il y a des lits pour accueillir les cas graves. Mais encore une fois, on n’en a pas encore. On est en situation de guerre et on ne doit rien négliger pour barrer la route à la maladie », soutient-il.

Vous pouvez réagir à cet article