image

FOCUS SUR LES MINISTÈRES ÉPINGLÉS PAR LA COUR DES COMPTES

image

Les cas sont graves et on aurait dit un virus de fautes de gestion qui s’est propagé entre les différents ministères et services de l’Etat en charge de ce fonds. C’est le « Rapport définitif » de la Cour des comptes sur le « Contrôle de la gestion du Fonds de riposte et de solidarité contre les effets de la covid-19 (Force covid) » pour 2020-2021, publié en août 2022.

Face à de nombreuses « irrégularités » relatives à l’exécution des dépenses par les structures sanitaires, par exemple, les auditeurs ont relevé que L’Etablissement public de santé (Eps) de Kaffrine, a bénéficié de fonds covid transférés par le Dage du ministère pour un montant de 20 millions FCFA en 2020 et 25 millions en 2021. « Pour les 20 millions, le comptable n’a pas versé dans les pièces justificatives, les chèques ainsi que le relevé de compte. Concernant le montant de 25 millions reçu en 2021, aucune pièce justificative n’a été transmise à la cour. Interpellé Monsieur Lamine Diallo n’a ni répondu ni produit des pièces justificatives », lit-on.

Par conséquent, la Cour des comptes demande au ministre de la Justice de faire ouvrir une information judiciaire à l’encontre de M. Diallo pour « défaut de production de pièces justificatives de dépenses financées par le fonds covid d’un montant de 45 millions FCFA ». Il demande aussi la même procédure judiciaire contre M. Ndiamé Ndiaye, directeur du fonds d’impulsion de la microfinance pour « non justification d’un montant de 11 millions 191 mille 532 FCFA des fonds Force Covid ». Excusez du peu !

Information judiciaire sur une surfacturation sur le riz de plus de 2, 7 milliards au ministère de Mansour Faye
Puisque au ministère du Développement communautaire, de l’Équité sociale et territoriale, très surveillé du fait de son occupant qui avait fait grand bruit à l’époque, Mansour Faye, la Cour a recommandé l’ouverture d’une information judiciaire sur la surfacturation sur le prix du riz pour un montant de 2 milliards 749 millions 927 mille 498 FCFA contre Aliou Sow, Dage sortant du ministère.

C’est aussi le cas au ministère de la Jeunesse où les enquêteurs ont constaté une « surfacturation sur le prix du gel hydro-alcoolique d’un montant de 41 millions 217 mille 580 FCFA ». Ils proposent au Garde des sceaux une information judiciaire à l’encontre du Dage Mouhamadou Sène. Tout comme à Mademoiselle Madeleine Suzanne Lo, Dage du ministère du Commerce et des petites et moyennes entreprises pour la « surfacturation sur le prix du gel d’un montant de 805 000 FCFA ».

2, 5 milliards sur l’acquisition de masques par le ministère de Moustapha Diop

Le ministère du Développement industriel et des Petites et Moyennes entreprises a aussi chopé le virus. Et dans ce département dirigé par Moustapha Diop, il a été noté « des retraits répétitifs, à partir du compte bancaire ouvert à la Boa en 2020 et en 2021, d’importantes sommes d’argent en espèces par Mouhamadou Bamba Amar, Aide comptable audit ministère » alors que les fonds sont « destinés à la promotion des petites et moyennes entreprises ».

Une information judiciaire est aussi requise contre M. Amar. La même chose est demandée, toujours dans ce même ministère, contre Ndèye Aminata Loum Ndiaye, Dage du ministère et gestionnaire du compte bancaire « Fonds d’appui à la petite et moyenne entreprise » ouvert à la Boa, sur les conditions de paiement des dépenses d’acquisitions de masques d’un montant de 2 milliards 500 millions FCFA financées par des fonds Covid-19.

Par ailleurs, une information judiciaire est aussi demandée contre Léons Nzalley, Dage du ministère de la Communication et de la Culture pour « défaut de justification de dépenses pour un montant de 1 milliard 120 millions FCFA ». Et ce n’est pas fini.

13 décembre 2022

------------------------------------

Vous pouvez réagir à cet article