image

FOCUS SUR LES POTENTIELLES RETOMBÉES

image

« Après les autoroutes Ila Touba, AIBD-Mbour, AIBD-Thiès, et bientôt le BRT, notre crédo, le temps de l’action en mode fast-track continue », s’enorgueillissait le chef de l’État, Macky Sall, en début de semaine dernière, lors de l’inauguration du Train express régional (TER) le 27 décembre 2021.

Parmi les projets phares du Plan Sénégal Émergent (PSE), il annonçait le lancement des travaux du port du futur à Ndayane, dès ce mois de janvier. La pose de la première pierre est prévue, ce lundi 3 janvier, dans cette localité située à 70 kilomètres de Dakar, sur la petite côte.

Entre autres impacts, le Sénégal tire avantage de sa position géographique, avec ce nouvel ouvrage qui va suppléer le Port autonome de Dakar (PAD), sur la captation des échanges commerciaux du pays, se réjouit le commissaire aux enquêtes économiques, Dr El Hadji Alioune Diouf. Contacté par iRadio, il estime, par ailleurs, que ce port va complètement changer le visage de Dakar et faire de la capitale sénégalaise, la capitale portuaire de l’Afrique.

« Le port de Ndayane ne manque pas d’ambitions. Le Sénégal a une position géographique tout à fait avantageuse et cette position doit être renforcée par la mise en place d’infrastructures de niveau mondial. Justement, le port de Ndayane va avec tout ce qu’on comprend un port en eau profonde, un port qui pourra recevoir des bateaux qui jusque-là ne pouvaient pas venir à Dakar », a soutenu l’économiste.

Poursuivant, l’enseignant à l’école d’administration a qualifié ce projet de structurant et d’innovant. Selon lui, ce port en eau profonde, va attirer l’essentiel des navires gros-porteurs et conteneurs qui arraisonnent jusqu’ici dans d’autres pays d’Afrique sur l’Atlantique. « Toute l’Afrique Atlantique va pouvoir profiter de ce port et toute l’Afrique de l’intérieur va profiter de ce port. Je pense qu’il booster l’économie interne des pays surtout de l’Afrique de l’Ouest », a-t-il renchéri.

Par ailleurs, ce port minéralier servira de réceptacle aux importations de la plupart des pays de la sous-région, a-t-il ajouté, soulignant que « cela va aussi réduire les coûts pour le transport de marchandises. Parce que cela permettra à de gros cargos de pouvoir amener d’importantes quantités de marchandises avec des coûts réduits. »

Un montage financier de plus de 840 milliards F CFA devra permettre de réaliser la première phase de ce premier port lancé près de 62 ans après l’accession du Sénégal à la souveraineté internationale. Le port de Ndayane s’étend sur 1200 hectares, soit trois fois plus que la taille du PAD.

Dié BA

3 janvier 2022


------------------------------------

Vous pouvez réagir à cet article